COMORES : Le président Azali Assoumani invite le gouvernement à ouvrir la culture à l'international

C'est ce vendredi, 6 juillet, que les Comores fêteront le 43e anniversaire de leur indépendance. Un grand moment qui mobilise tout le pays dans toutes ses composantes, depuis plusieurs jours. Cette année, l'accent a été mis sur l'artisanat comme pourvoyeur des richesses, ce qui explique qu'en clôturant le 2e Salon national de l'artisanat dont les activités se sont étalées dans l'ensemble des trois îles du 3 au 5 juillet, le président, Azali Assoumani, ait, fortement, recommandé d'ouvrir à l'international, le 3e Salon qui se tiendra, à la même période, en 2019. Car pour le chef de l'Etat, l'émergence que les Comores, sous sa direction, escomptent pour 2030, ne peut se passer de la culture sous toutes ses formes.

« Le thème retenu pour cette édition, « Art et mariage », nous interpelle tous (notre photo avec le président en face d'un des couples mariés du jour). La démonstration nous a été faite ici, que dans le mariage, au delà de l’amour entre l’Homme et la Femme, l’Etat pourra faire d’énormes économies à travers les multiples activités liées au mariage. Je suis heureux de constater qu’effectivement, le pays dispose d’un savoir faire artisanal spécifique, original et visible dans plusieurs métiers. Je citerai au passage l’art de la sculpture, de la broderie ou de la cuisine », a, d'emblée, déclaré le président, Azali Assoumani, dans son discours de clôture de ce 2e Salon, dans la Salle de conférences de l'hôtel L'Héritage de Moroni.

Et le président de reconnaître que « S’il y a un domaine incontournable au développement de notre pays, c’est bel et bien celui de l’artisanat; en tant que, pièce d’identité, fournisseur du tourisme et pourvoyeur d’emplois ». Voilà pourquoi « Les bases d’un développement sûr et durable doivent être jetées dans le cadre d’un partenariat entre l’Etat et les opérateurs économiques, pour sortir les Comores de la pauvreté et l’inscrire parmi les pays émergents à l’horizon 2030 ».

Cette année, la direction de l’Artisanat a proposé la tenue d’un concours « Meilleurs projets innovants » avec comme priorités les entités dirigées par les jeunes et les femmes. Pour marquer son adhésion à cette politique, le président, en personne, a décidé d'offrir deux Prix à chaque édition, à partir de l'année prochaine, pour encourager la création artistique aux Comores.

Inscrivant d'ores et déjà l'Artisanat dans son Plan d'émergence 2030, le président, Azali Assoumani, a formulé le vœu de voir la prochaine édition de ce Salon, plus structurée encore dans sa préparation et englobant tous les secteurs clés que compte notre économie », avant de lancer cette idée neuve : « Pourquoi la 3ème édition ne serait-elle pas ouverte à l’international afin que cet événement rayonne davantage dans notre continent et le monde » ?

En déclarant, officiellement, clos le 2ème Salon national de l’Artisanat comorien pour que vive la 3e édition 2019, le président a tracé la route que vont, désormais, emprunter le ministère de la Culture, et plus, précisément, la direction de l'Artisanat.

D'un de nos envoyés spéciaux à Moroni.

Ajouter un commentaire