CONGO-BRAZZAVILLE : Pourquoi Paulin Makaya fait peur à Sassou

Le leader de l'UPC (Unis pour le Congo), Paulin Makaya, est un empêcheur de tourner en rond. Depuis son retour, au Congo, l'année dernière, il s'organise, parfois, avec ses seuls militants, parfois, en collaboration avec le reste de l'opposition, pour faire échec aux manœuvres du pouvoir visant à changer la constitution afin de permettre à Denis Sassou Nguesso de briguer un troisième mandat en juillet 2016. On peut donc dire qu'il prône à la fois l'union tout en travaillant seul quand il le juge utile. C'est ainsi qu'il a participé à Diata, il y a quelques jours, à la grande réunion de l'opposition qui était la réponse au « monologue » de Sibiti. Venus en grande pompe, Paulin Makaya et ses upecistes étaient en grand nombre. Une mobilisation qui a surpris et en a étonné plus d'un.

Sassou l'avait déjà à l'oeil, depuis son retour à Brazzaville. Mais, après les événements de Diata, il a instruit ses Services de le suivre. Les résultats n'ont pas tardé quand, hier, à la demande de l'UPC section de Madingou, Paulin Makaya et ses équipes ont voulu s'y rendre pour tenir un meeting. Devant la forte mobilisation des militants de cette contrée qui se situe à 260 kilomètres de Brazzaville, Jean Dominique Okemba, sur instruction de Sassou en personne, a demandé au préfet de la Bouenza, Célestin Tombet Kendé, de mobiliser l'armée. Résultat, 150 militaires et gendarmes armés jusqu'aux dents ont barré la route au convoi, qui était, seulement, à un kilomètre de Madingou.

Pendant plus de deux heures, les équipes de Paulin Makaya ont parlementé et négocié, sans succès. Visiblement, le commandant de la ville de Nkayi, Edgard Tsono, qui supervisait les 150 hommes auxquels s'ajoutaient les policiers, n'ont voulu rien entendre. Le service d'ordre de l'UPC avait, pourtant, donné toutes les garanties de sécurité quant à la tenue du meeting. Visiblement, l'ordre de ne pas laisser passer venait de Brazzaville. Ayant compris qu'il n'y avait rien à faire et qu'il fallait rebrousser chemin à Brazzaville, Paulin Makaya et son équipe y sont arrivés vers 19h00.

 

Qui est Paulin Makaya

 

C'est un compagnon de route de Bernard Kolelas auprès de qui il a appris la politique, et la mobilisation des masses. Directeur de cabinet de Bernard Kolelas quand il était le maire de Brazzaville, Paulin Makaya était son plus proche confident et messager de l'ombre. Des trois héritiers politiques de Bernard (les deux autres sont Guy Brice Parfait Kolelas et Hellot Matson Mampouya), il est le seul qui ait suivi la ligne politique du père spirituel et politique, jusqu'à la fin, même quand ce dernier, avait, lui-même, après le décès de son épouse, Ma Ngoudi, fini par dériver. Paulin Makaya était contre le changement de ligne politique de son « père ». Voilà pourquoi, après l'avoir suivi comme son ombre au Togo, en Côte d'Ivoire, au Ghana et au Mali, il s'était retrouvé seul en Angleterre où réside, encore, son épouse. Paulin Makaya et Denis Sassou Nguesso se connaissent très bien. Ils ont combattu le président Pascal Lissouba ensemble. Pendant cette période tumultueuse, il était, parfois, le messager de nuit de Bernard Kolelas auprès de Sassou Nguesso. Par la suite, le maire de Brazzaville était devenu le premier ministre de Lissouba avant de fuir le pays sous les bombes de Sassou. Avec Paulin et Hellot dans ses bagages. Guy Brice les rejoindra plus tard... sans rester avec eux.

 

Pourquoi Sassou a peur de lui

 

Après avoir réussi à attirer Bernard Kolelas, profitant du décès de son épouse et du fait que lui-même était tombé malade, Sassou s'est mis à contrôler le MCDDI, le parti politique de Bernard Kolelas, en recrutant dans son gouvernement, Guy Brice Parfait Kolelas, Bernard Tchimbambelela et Hellot Matson Mampouya. Malgré plusieurs tentatives, Paulin Makaya a refusé de venir à la soupe même quand un poste de ministre d'Etat lui a été proposé. Sassou qui pour le convaincre s'affiche parfois comme son parent, en a été affecté et ne peut que le combattre farouchement, maintenant qu'il a pris la tête du mouvement pour son départ du pouvoir.

A Madingou, c'est Jean Dominique Okemba, lui-même, qui a coordonné le blocus du cortège de l'UPC. Sur instruction ferme de Denis Sassou Nguesso. Une compagnie et demie, soit, 150 hommes, y ont montré leur mine des plus mauvais jours, en face des civils désarmés, qui ne font que de la politique.

Commentaires

Christian (non vérifié)
Bel article
Fokou (non vérifié)
Oui, je suis d'avis. Paulin Makaya est crédible et sincère en politique.
RussellRolphFox (non vérifié)
C'est vraiment l'homme politique qui a Le vent en poupe. Avec son discours perpitant et sa capacite de draisser les foules, Le peuple congolais par ma voix n'espere que Le voir sur Le trone, car Paulin MAKAYA est un bel exemple politique
SIDNEY FREIDMANH (non vérifié)
Sassou fuit toutes les personnes qui connaissent son identite c'est pourquoi il fait perir plusieurs cadres et intellectuels congolais
Paty (non vérifié)
He suis de la même avis que Paul in sassou apres tout ce qu'il a eu a faire il a maintenant peur d'assume ces responsibilities mais le mandat finira in jour

Ajouter un commentaire