CENTRAFRIQUE : Le Très Saint Père a quitté Bangui après avoir prié pour le pays et béni les Centrafricains

Au cours de cette visite, à Bangui, placée sous haute sécurité de la force onusienne (Minusca), le pape s'est, notamment, rendu, dans la matinée, à la grande mosquée du PK5, l'enclave des musulmans de la capitale, quotidiennement, harcelés par les miliciens chrétiens et animistes anti-balakas.

"Chrétiens et musulmans sont frères", et il faut dire "non à la vengeance, à la violence et à la haine », a-t-il lancé, à son arrivée à la mosquée, où il a été reçu par le grand imam, Nehedi Tidjani, en présence de délégations catholiques et protestantes.

Le pape s'est adressé aux milliers de personnes, dont des déplacés, venues l'accueillir dans l'enceinte de la mosquée, dans une ambiance détendue placée, cependant, sous haute sécurité avec des Casques bleus postés sur les minarets.

La visite du pape a été suivie par des dizaines de milliers d'habitants enthousiastes, dans les camps de déplacés, à la cathédrale catholique, à la grande mosquée comme au stade "20.000 places" dans lequel il a participé à une dernière messe, avant de partir pour Rome (notre photo : il bénit la foule avant de s'engouffrer dans l'avion).

Le Très Saint-Père a écouté, avec beaucoup de bienveillance, la demande de « pardon » (pieusement) adressée au seigneur Dieu par la présidente, Catherine Samba-Panza, avant de prier, fortement, avec elle, et les dizaines de milliers de fidèles de toutes obédiences venus à sa rencontre. Son programme a été respecté, à la lettre, allant même dans le quartier musulman du PK5 et rendant visite à l'imam, Nehedi Tidjani, dans sa mosquée.

Quoi de plus ? L'avenir appartient, maintenant, aux (seuls) Centrafricains, qui doivent apprendre à s'accepter, à arrêter de s'entre-tuer. Le Pape a tendu la main, aussi bien, aux chrétiens de toutes obédiences qu'aux musulmans et animistes. Sans aucune distinction, car pour lui, tous sont des enfants de Dieu.

On espère que la grâce du Saint-Esprit fera son œuvre, et que, maintenant, que l'envoyé de Dieu, dont on souhaitait la venue a réussi, sa mission en Centrafrique, que les dignes fils et filles de ce beau pays, prennent le relais de la paix et du recueillement, dans le respect de la vie humaine. Bref, que le sang ne coule plus dans ce pays.

Ajouter un commentaire

Les plus populaires