COUPE DES CONFEDERATIONS : Comme prévu, les Lions rentrent (prématurément) à la maison, la queue basse

Que les Camerounais commencent par oublier que les Lions indomptables sont champions d'Afrique. Cette victoire inattendue met leur ego à un niveau insoupçonné et occulte les vrais problèmes de ce sport au Cameroun. Pour le reste, il n'est pas nécessaire d'être furieux au regard de la prestation des Lions indomptables, en Russie. Dès le départ, le fond de jeu de ces derniers ne poussait guère à l'optimisme, sauf, quand on entendait les commentateurs camerounais pérorer sur les chances des Lions, lors des débats télévisés. On pouvait alors se demander s'il s'agissait des mêmes Lions indomptables que nous voyons, tous, évoluer, parfois, comme une équipe de deuxième division d'un championnat européen haut de gamme.

Après avoir raté le nul que le Cameroun tenait face au Chili à cause d'un mauvais coaching de l'entraîneur, Hugo Broos, et la victoire qui lui a échappé contre l'Australie, il ne fallait pas s'imaginer qu'il y aurait un miracle contre les Allemands. Le 3-1 concédé, ce dimanche, 25 juin, est un tarif normal qui a été appliqué aux Lions indomptables. Ils ne méritaient pas plus, même s'il y aurait à redire sur l'arbitrage. Mais là n'est pas le problème essentiel : comment se fait-il qu'un pays comme le Cameroun dont le potentiel footballistique est énorme aussi bien sur le plan des joueurs que sur celui des anciennes gloires capables d'aider à façonner une équipe compétitive, peut-il se retrouver à fournir une prestation aussi minable à la Coupe des Confédérations ?

Pierre Ismaël Bidoung Pkwatt, le seul ministre (au monde) à avoir gagné deux CAN, Roger Milla, le meilleur joueur africain de tous les temps, les coachs comme Jean Paul Akono, vainqueur du championnat olympique 2000 avec les Lions, Issa Hayatou, ancien président de la CAF pendant trois décennies, et plusieurs autres vieilles gloires, bardées de qualités, comme Mvé Emmanuel, Omam Biyick, Bell Joseph Antoine, Nkono Thomas, etc. ne peuvent-ils pas conjuguer leurs intelligences pour aider à bâtir une équipe solide ? Car l'équipe du Cameroun ne joue pas au football (bien qu'elle ait miraculeusement gagné la CAN 2017) alors que ses meilleurs éléments se sont auto-exclus (Samuel Eto'o, Joël Matip, Choupo Moting, Nicolas Nkoulou, Stéphane Mbia, etc.). Ce n'est pas avec le bas de gamme actuel qu'on fera une équipe compétitive.

Il faut trouver un moyen de les faire revenir dans l'équipe (ou certains d'entre eux), ce qui suppose l'instauration d'une discipline (militaire), non seulement, au sein de la Fédération camerounaise de football, mais aussi, au sein de la tanière des Lions où on est, toujours, dans l'attente de la survenue d'un scandale. Voilà pourquoi, l'autorité morale du ministre des Sports, de l'ambassadeur Roger Milla et de quelques autres, serait très utile. Car avec le niveau de jeu actuel du Cameroun, on n'est même pas sûr que les Lions seront qualifiés à la prochaine Coupe du Monde en Russie. Car ils sont, simplement, très très mauvais pour le niveau mondial que cette compétition requiert.

Ajouter un commentaire

Les plus populaires