Vous êtes ici

NIGERIA : Les joueuses lesbiennes accusées de plonger l'équipe de football féminin

L'équipe des Super Falcons s'est imposée comme la meilleure du continent, avec neuf victoires sur 11 éditions de la Coupe d'Afrique, et elle a été présente lors de toutes les Coupes du monde féminines depuis 1991.
Cette année, cependant, les Super Falcons (notre photo) n'ont pas fait de belles performances, lors des Jeux Africains, à Brazzaville, et l'équipe n'a pas réussi à se qualifier pour les Jeux Olympiques de Rio.

Pour le vice-président de la NFF, Seyi Akinwunmi, ces mauvais résultats sont dus aux relations homosexuelles au sein de l'équipe, une pratique illégale au Nigeria.

"Le lesbianisme tue les équipes" et "les gens ont peur d'en parler", s'est-il plaint, lors d'une rencontre de reporters sportifs, à Ibadan, une ville du Sud-Ouest du Nigeria, samedi, 11 juin. Ses commentaires ont, ensuite, été, largement, repris par la presse nigériane, lundi, 13 juin.

Le Nigeria, un pays très religieux, où les quelque 170 millions d'habitants sont répartis entre un Nord, majoritairement, musulman et un Sud, principalement, chrétien, a, déjà, été pointé du doigt par la Fédération internationale de football (FIFA), qui fait du politiquement correct. Alors que les responsables nigérians ne font que respecter leurs valeurs culturelles.

En juin 2011, l'entraîneur, Eucharia Uche, s'était attirée les foudres de la FIFA quand elle avait déclaré que l'homosexualité était "sale", "spirituellement et moralement condamnable", admettant qu'elle avait congédié des joueuses lesbiennes de son équipe. Mais, au Nigeria, elle avait été approuvée pour son charisme et son courage.

Il y a trois ans, selon les médias nigérians, l'ancienne présidente de la ligue nigériane de football féminin, Dilichukwu Onyedinma, a annoncé l'interdiction officielle de l'homosexualité féminine dans les équipes de football nigérianes, ce qui a entraîné une enquête de la FIFA.

L'homosexualité est interdite au Nigeria (comme dans la quasi-totalité des pays africains sauf l'Afrique du Sud), et passible de 14 ans de prison depuis janvier 2014. Il s'agit d'une des lois "les plus homophobes du monde", selon les militants des droits LGBT, mais, le gouvernement nigérian avait affirmé, à l'époque, qu'elle était soutenue par 90% de la population.

Commentaires

JDM (non vérifié)
La corruption, le crime, l'enrichissement ilegale, le détournement des fonds publics, on entend il à ce sujet, l'Africain doit mettre fin á ce faux paternalisme , sinon pourquoi parler de majeur d'âge si la personne ne peut prendre ses propres décisions , ces memes responsables politiques de fait sortent avec des mineures sans être inquités, espèce d'hypocrites . Il est temps de laisser le peuple tranquille. Comment des prostitués politiques osent - ils donner des leçons aux autres quand ils violent systématiquement la loi?
le fils du pays (non vérifié)
Lhomosexualite,un autre mal de l'occident comme la corruption qu'il veut non seulement exporter mais surtout imposer au reste du monde en particulier en Afrique.Nous disons non a l'homosexualité comme a la corruption.Que l'occident garde ca pour lui.Nous ne sommes pas les gays comme l'avait su dire Mr Mugabe

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.