CAN 2019 AU CAMEROUN : Issa Hayatou (l'ancien président de la CAF) remet les pendules à l'heure

Propos liminaires d'Issa Hayatou avant de répondre au fond à son successeur, Ahmad Ahmad :

« Depuis que je suis parti de la CAF, je me suis gardé d’émettre un avis en direction de la Confédération africaine de football. Je n’ai jamais ouvert ma bouche pour parler de ça. Mais, je regrette ce qui a été dit (par Ahmad Ahmad devant la presse à Ouagadougou, ndlr.). Il faut, d’abord, venir constater avant de sortir ce qu’il (Ahmad Ahmad, Ndlr.) a sorti ».

Sur les infrastructures au Cameroun :

« A l’heure actuelle, le Cameroun a, déjà, cinq stades (Stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé, Stades de Limbe, de Bafoussam, de Douala-Bépanda et de Garoua, ndlr). On ne parle pas de ceux que nous sommes en train de construire (Stade Paul Biya d'Olémbé à Yaoundé construit les Italiens, et de Japoma à Douala construit par les Turcs, ndlr). On peut organiser cette CAN 2019 avec ces cinq stades ; ils sont là, physiques. Nous avons trois stades ultra neufs et deux à réfectionner dont ceux de la Réunification de Douala-Bépanda et de Garoua. Les autres, que ce soient Limbe, Bafoussam ou le stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé, ce sont des stades neufs. Personne ne peut dire que le Cameroun n’a rien. Ce n’est pas possible. On peut compter combien de pays en Afrique qui possèdent de telles infrastructures ? Nous sommes en avance au Cameroun ».

Sur le retrait de la CAN U17 à Madagascar :

« On ne peut pas dire que la CAF va nous enlever cette CAN 2019 ; quand on (la CAF, ndlr) a eu à retirer la CAN à des Etats, c’est parce que, ce sont eux qui n’ont rien fait. Par exemple, quand on a retiré la CAN (des moins de 17 ans, ndlr) à Madagascar, c’était au mois de janvier (2017, ndlr), pour une compétition prévue en mai 2017. Donc, quatre mois avant. Des missions s’étaient rendues à Madagascar et toutes ces missions étaient d’avis qu’il fallait retirer la CAN à ce pays ; parce qu’il n’avait rien fait. Rien, rien, rien. Pour le cas du Cameroun, il n’y a, encore, eu aucune inspection, et les gens disent que nous n’avons rien. Moi, je suis, particulièrement, surpris, connaissant les rouages de la CAF. Il (Ahmad, ndlr) n’est pas obligé de faire ce que j’ai fait pendant 29 ans, mais, il est, au moins, obligé de rester prêt de la logique et de la loi. Et d’après les entreprises qui sont chargées de construire (les nouveaux stades du Cameroun, à Olémbé-Yaoundé et Japoma-Douala, ndlr.), elles nous ont dit que tout sera prêt aux mois de septembre-octobre de l’année prochaine. Même si la CAN devait se jouer en janvier-février, le Cameroun sera prêt. A plus forte raison que la CAF a repoussé la CAN de six mois. Donc, à l’heure où nous parlons, nous avons deux ans devant nous. On ne peut pas juger l’insuffisance de la préparation de l’organisation de la CAN au Cameroun, deux ans avant l’événement. Il faut attendre que les délais arrivent ».

Sur le cabinet d’audit qui va diriger la mission d’inspection :

« Ça ne veut rien dire. Le cabinet ne va rien inventer. Il va trouver nos structures sur place et sera obligé de dire que nos structures sont là. Mais, il y a un sous-entendu quand il (Ahmad, ndlr) parle de cabinet. C’est ça qui est inquiétant ».

Ajouter un commentaire

Les plus populaires