Vous êtes ici

FORMATION DU GOUVERNEMENT AU CAMEROUN : La montagne a accouché d'une souris

En gros, on reprend les mêmes et on recommence. C'est l'impression qui se dégage de l'équipe gouvernementale sortie, vendredi, 4 janvier 2019. En dehors du changement du premier ministre, Philemon Yang, qui était en poste depuis neuf ans, la nomination de son successeur, le professeur, Joseph Dion Ngute, 64 ans, ressortissant de la province du Sud-Ouest, est tout, sauf une révolution. Ce dernier sort droit de la présidence de la République où il occupait un poste de ministre chargé de mission. Après son investiture, le 6 novembre, la nomination d'une nouvelle équipe gouvernementale était scrutée pour répondre aux attentes d'un peuple qui avait dit ce qu'il pensait, lors de l'élection présidentielle d'octobre 2018. Le message avait été clair : le changement. Les besoins pressants du peuple, c'est le rajeunissement des équipes dont celle du gouvernement, la fin de l'impunité pour les détourneurs de fonds publics, l'amorce d'un dialogue avec les provinces frondeuses du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, la mise en index de tous les responsables ayant failli dans le dossier de la CAN 2019 et leur renvoi devant les tribunaux, etc. Le gouvernement sorti vendredi, 4 janvier, n'est pas satisfaisant à ces égards.

Visiblement, le président de la République a, sans doute, estimé que le dossier de la CAN2019, du reste, très explosif pour l'unité et la stabilité du pays, par ces temps d'incertitude, nécessitait l'adoption d'une approche calme dans sa gestion, d'autant plus que rien n'était perdu, la CAF ayant décidé d'octroyer l'organisation de la CAN2021 au Cameroun. Du coup, tous les ministres qui ont eu à intervenir dans ce dossier, ont été reconduits, en dehors de celui de l'Habitat, qui semble pénalisé par autre chose que les chantiers de la CAN non aboutis.

Paul Biya a, certainement, regardé l'année 2019 qui connaîtra l'organisation de trois scrutins : les législatives, les municipales et les régionales. Trois scrutins à haut risque, qui nécessitent la conjugaison des forces au sein de la majorité présidentielle. Il ne fallait pas disloquer les grands équilibres au sein du RDPC à un moment où le président de la République souhaite se doter d'une confortable majorité à l'Assemblée nationale et dans les Régions, pour mettre en œuvre son septennat des « Grandes Opportunités ».

Le nouveau gouvernement du 4 janvier 2019 a, incontestablement, laissé un goût amer, au niveau de l'homme de la rue. Mais, la réalité est que le chef de l'Etat choisit de travailler avec les personnes en fonction d'un ensemble de choses qui échappent, forcément, à l'appréciation de l'homme de la rue. L'opposition va s'en saisir pour dénoncer, une fois de plus, l'immobilisme du chef de l'Etat, et gloser sur son incapacité à être l'homme du changement, à 86 ans dont 36 au pouvoir suprême. A chacun d'apprécier.

L'élection présidentielle a, profondément, divisé le Cameroun, et ce dans les domaines les plus insoupçonnés. Le gouvernement de la « continuité » du 4 janvier 2019 sonne, aussi, comme une volonté de reprise en main des brebis égarées qui pensaient, plutôt, qu'elles allaient être sanctionnées pour leur trahison. Il n'en est rien et il appartiendra à chacune d'entre elles de faire sa mue intérieure à l'intérieur du système et non en devenant opposant.

Voici la liste des ministres entrants et ceux qui changent de portefeuille :

Ministre d’Etat, Ministre de l’Enseignement supérieur: FAME NDONGO Jacques
Ministre délégué à la Présidence chargé des Marchés Publics: TALBA MALLA Ibrahim
Ministre délégué à la Présidence chargé des relations avec les Assemblées : WAKATA Bolvine François
Ministre de la Communication: SADI René
Ministre des Domaines, du Cadastre et des Affaires foncières: EYEBE Ayissi Henri
Ministre de l’Education de base: ETOUNDI NGOA Laurent Serge
Ministre de l’emploi et de la Formation professionnelle: ISSA Tchiroma Bakary
Ministre de l’Habitat et du Développement urbain: KETCHA Célestine épouse Courtes
Ministre de l’Agriculture et du Développement rural: MBAIROBE Gabriel
Minisre des Arts et de la Culture: Pierre Ismaël Bidoung KPWATT
Ministre des Mines et du Développement technologique: DODO NDOKE Gabriel
Ministre des petites et moyennes Entreprises de l’Economie sociale et de l’Artisanat: BASSILEKIN 3 Achille
Minsitre de la Santé publique: MANAOUDA Malachie
Ministre des Sports et de l’Education physique: KOMBI MOUELLE Narcisse
Ministre délégué auprès du Ministre de la Justice Garde des Sceaux : MOMO Jean de Dieu
Ministre délégué auprès du Ministre des Transports: NJOYA Zakariaou
Ministres chargés de mission à la Présidence de la République: GHOGOMU Paul MINGO et NDONG SOUMHET Benoît
Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Education de base: KILO Viviane Asheri
Ministre d'Etat Secrétaire Général de la Présidence de la République: NGOH NGOH Ferdinand (sur notre photo avec le président Paul Biya)
Secrétaires généraux adjoints de la Présidence de la République : ELUNG Paul CHE et MOHAMADOU Moustapha

Le reste sans changement.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.