GABON : Le (petit) putschiste de Libreville teste-t-il la résistance de Jean Ping ?

Pour la deuxième fois, en deux jours, Bongo Ondimba Ali (BOA) est apparu sur la chaîne publique gabonaise de télévision. Avec un visage tuméfié des mauvais jours, qui montre, clairement, ses longues nuits passées sans sommeil, il est venu remobiliser ses militants. Il faut dire que personne n'est descendu dans la rue pour saluer sa « victoire ». Ce sont au contraire les partisans de Jean Ping qui contestent, jour et nuit, la victoire volée de leur champion. Piètre démocrate devant l'éternel, démagogue de mauvais aloi, BOA a fait détruire, il y a 48 heures, la radio-télévision privée Nazareth qui était un maillon important de la communication de Jean Ping. Après, il viendra donner aux Gabonais des leçons de tolérance et de non-violence.

Secoué par la révélation de la préparation d'un dossier à charge, à Paris, pour son éventuelle comparution auprès de la CPI (Cour pénale internationale), BOA cherche, par tous les moyens, à éviter de tenter le diable. Voilà pourquoi, flanqué de plusieurs cameramen du Palais du Bord de Mer (en mission commandée), il s'est mis à sillonner, tout l'après-midi, les édifices symbolisant son pouvoir autocratique, qui ont connu la colère des manifestations : Assemblée nationale, Sénat, CNAMGS de l'Estuaire et L'Union. Parallèlement, il a envoyé « une mission d'explication » à Paris pour tenter de corriger son image (abîmée) de mauvais perdant. Toutefois, il s'agit d'un coup d'épée dans l'eau. C'est à BOA de reculer pour exécuter les recommandations de la communauté internationale, et non le contraire.

De son côté, le premier ministre, Daniel Ona Ondo, avec cinq ministres autour de lui, a lu une déclaration (sans relief) condamnant les violences post-électorales, et invité les Gabonais et les Gabonaises à recommencer, sans tarder, à vaquer à leurs occupations. Il s'est permis de garantir leur sécurité. Toutefois, Ona Ondo, dont le fief électoral, le Woleu Ntem, a infligé une des plus mémorables défaites à BOA, est en plein dans la méthode Coué. Personne n'ira au travail lundi, à Libreville, tant que les résultats, bureau de vote par bureau de vote, dans le Haut-Ogooué, ne seront pas recomptés. Une opération qui dure à peine ...4 heures de temps. C'est-à-dire, rien du tout.

Commentaires

JDM (non vérifié)
Mes condoléances à tous mes frères et soeurs Gabonais . Mdr.. Jean Ping n'a-t-il Pas travailler avec le président Omar Bongo ? Pour plus douce que soit la dictature du président Bongo , c'est une dictature, ou alors selon les laboratoires qui decident de la vie que doit avoir les Africains ,il est strictement interdit que nous vivons bien, c 'est pourquoi nous n'avons qu'une seule option : choirmoins mal du pire au lieu de choisir le bien . Je ne sais pas les closes de l'accord avec les autres membres de l'opposition, les garanties d'avoir un état démocratique ont-ils été discutés ?ici il y a lieu de se poser la question de savoir si la France , l'union Européenne, l'ONU ou les USA seraient devenus tout à coup des humanistes quand ils ont fermés les yeux devant la situation du Congo, du Tchad, du Burundi ou pour plus dictateur qu'il ou monsieur Bongo ne garantissait plus les les intérêts de la France ? Quels sont les garanties que monsieur Ping nous donne? Ou nous allons d'une dictature à une autre, monsieur Ping n'etait-il pas hier le collaborateur de de Bongo père et Bongo fils? N'ont-ils pas piller tous de commun Accord? Ouserait devenu par coupde baguette magique un saint ou un démocrate ? De quel changement parlons nous? Ou sommes juste entrain de prendre part ou a une dispute de l'héritage des Bongo ? Mes chers frères et soeurs soyons vigilants , car la France de gauche a la droite ne fait rien pour rien, maintenant que des voix s'élèvent pour dénoncer l'aide du Tchad qui semblerait livrer les armes à Ali Bongo, mais comment le Tchad pouvait-il envoyer des armes au Gabon sans que la France qui a une base militaire dans ce pays ne soit au courant? La France est un pays tres dangereux , un frein pour l'indépendance réelle du continent Africain , un frein à son développement.
SANGANA (non vérifié)
L'Histoire est parfois cruelle et, aujourd'hui, Jean Ping l'apprend à ses dépens. Tout le monde sait que l'unique solution qui vaille c'est de recompter les voix dans le Haut-Ogoué. Se souvenir: en 2011, lors de la crise ivoirienne, Jean Ping alors Chef de la Commission de l'UA avait catégoriquement refusé que l'on recompte les voix comme le demandait le camp de Laurent Bagbo. "Nos actes nous reviennent", dit un proverbe africain.
HANSELVEY Adams (non vérifié)
l'histoire est souvent circulaire, Jean Ping est rattrapé par son point de vue: ce qu'il avait refusé à GBAGABO en 2011, à savoir recompter les votes bureau par bureau, il l'exige en son dépens,car son intérêt est direct, or l'on sait qu'il avait travaillé avec Omar Bongo, père et aujourd'hui après avoir échoué à l'UA, il brigue d'être président du Gabon, est-il un homme nouveau ? Comme il a été soutenu par l'ogre d'Oyo qui a financé sa campagne et débauché tous les opposants à ses côtés, alors il est prêt à faire sa guerre pour le pouvoir, qui vivra verra.. et à Bitam avec un résultat de 104% en sa faveur, on en parle pas que sur le HAUT Ogoué, dit donc, quelle drôle de vote ?
great (non vérifié)
Avis au personne cherchant du travail en Angleterre. La société GREAT WALL MOTORS recrute cette année les personnes diplômé dans toute domaine pour travailler en Angleterre les papiers de voyage de postulants sont délivré pas la société. Si tu est intéresser contacte E-mail du représentation Afrique pour fait ton inscription. E-mail: Greatwallmotors599@yahoo.com

Ajouter un commentaire

Les plus populaires