GABON : Rose Christiane Ossouka Raponda premier ministre donnera-t-elle le sommeil à Ali Bongo Ondimba ?

Que c'est difficile pour un dirigeant de ne pas trouver l'oiseau rare pour occuper un poste qui fait problème ? Ali Bongo Ondimba (ABO) avait, parfaitement, débuté sa présidence en 2009, en confiant des responsabilités à des personnalités qui le lui rendaient bien, pour le bien des Gabonais et des Gabonaises. Mais, quelques années après, les mauvaises habitudes des uns avaient pris le dessus sur le bon fonctionnement de l'ensemble de la superstructure du gouvernement. Le fonctionnement de l'administration de la présidence de la République avait, aussi, été impacté par de mauvaises pratiques. Pourtant, ABO n'a pas changé. Il est resté égal à lui-même. Fort de l'expérience emmagasinée aux côtés du patriarche, il est venu avec de très bonnes idées pour permettre au Gabon d'aller de l'avant. Ces idées habitent toujours en lui. Rose Ossouka les fera-t-elle éclore ? Espérons le. C'est le principal enjeu de sa nomination.

Car c'est une très bonne idée de confier la primature à une femme. La femme, c'est admis, est plus fidèle que l'homme. De façon générale. Elle aime (sans calcul) et fait confiance, entièrement, contrairement aux hommes (calculateurs devant l'éternel) qu'il faut surveiller matin midi et soir. ABO lui-même peut faire le compte : combien de fois a-t-il été trahi par les femmes qu'il nomme aux fonctions d'Etat et de gouvernement alors que les hommes n'ont fait que le décevoir ?

La trahison est, donc, dans le sang des hommes. Elle est telle que le président se voit obligé, avec raison, aujourd'hui, de reposer sur la première dame et leur enfant. Justement parce que, au moins, eux, ne peuvent pas le trahir.

Economiste de formation, la nouvelle première ministre, Rose Christiane Ossouka Raponda, est considérée comme l'oiseau baladeur du pouvoir. Ministre du Budget, de la Défense d'où elle a été choisie pour la primature, ou maire de Libreville, elle a occupé les postes les plus stratégiques, qu'on ne confie pas au premier venu. Parfois, elle a été envoyée comme sapeur pompier. A la mairie de Libreville, par exemple.

A 56 ans, elle remplace Julien Nkoghe Bekalé, qui dirigeait le gouvernement depuis janvier 2019. On ne peut lui souhaiter que plein succès dans sa nouvelle charge.

Les plus populaires