Vous êtes ici

GENOCIDE RWANDAIS DE 1994 : Un général français (à la retraite) se met à table et dit tout

Un général de division en retraite dénonce les "fautes" de la France au Rwanda avant et pendant le génocide de 1994, dans un entretien à Mediapart et Radio France diffusé ce jeudi, 14 mars.

Aujourd'hui, âgé de 84 ans, le général, Jean Varret, n'a plus rien à perdre. Sinon, soulager sa conscience. Fin 1990, il est nommé chef de la Mission militaire de Coopération (MMC). A Kigali, le colonel rwandais, Pierre-Célestin Rwagafilita, chef d'état-major de la gendarmerie, vient lui demander des armes lourdes pour faire du maintien de l'ordre, en lui expliquant : "Je vous demande ces armes car je vais participer avec l'armée à la liquidation du problème. Le problème, il est très simple : les Tutsi ne sont pas très nombreux, on va les liquider".

De retour à Paris, le général, Jean Varret, rend compte du risque de soutenir un pouvoir obsédé par la menace d'une "cinquième colonne" tutsi. Il est lu, mais, personne ne l'écoute, affirme-t-il. En ce moment, il faut le rappeler, François Mitterrand entretient des relations d'amitié avec le président du Rwanda de l'époque, le général, Juvénal Habyarimana (sur notre photo François Mitterrand à Kigali chez Juvénal Habyarimana en octobre 1982).

Cela dit, les accusations du général, Jean Varret, sont, totalement, réfutées par l'amiral français, Jacques Lanxade, ancien chef d'état-major particulier (1989-1991) de François Mitterrand, puis, chef d'état-major des armées (1991-1995).

"Quand des informations comme celle de Jean Varret arrivent, elles justifient notre présence. Varret a eu raison de dire ce qu'il a dit, mais, on ne peut pas en tirer la conclusion que nous avons été imprudents", a-t-il déclaré à Mediapart.

"Notre intervention visait à éviter que le gouvernement s'effondre et ne tombe dans la guerre civile. Qu'aurions-nous dû faire ? Partir ? Mais alors, c'était la guerre civile tout de suite", poursuit-il. Voilà l'explication (a posteriori) de Jacques Lanxade. Mais, quid du génocide qui s'en suivra et qui fera plus de 800.000 morts ! L'armée française était où ?

Second épisode dénoncé par le général Varret : début 1993, une commission d'enquête recueille de nombreuses preuves des massacres ethniques commis les mois précédents. En réaction, les rebelles du Front patriotique rwandais (FPR, à majorité tutsi) lancent une offensive vers Ruhengeri et Byumba, deux fiefs du président rwandais.

Les Français renforcent leur dispositif, puis, envoient un détachement du 1er régiment parachutiste (RPIMa) pour épauler l'armée rwandaise, qui parvient à stopper l'avancée des rebelles.

Le général Varret apprend alors, lors d'une inspection que le 1er RPIMa s'est rendu en Ouganda, derrière les lignes ennemies, pour essayer d'avoir du renseignement sur le FPR. Or, les troupes françaises ont l'interdiction absolue de s'engager, directement, dans le conflit. Le haut gradé assure avoir dénoncé ce manquement. Qui avait contrevenu en donnant cet ordre de passer la frontière ? L'état major parisien devrait être en mesure de répondre. En tout cas, le général, Jean Varret, sait de quoi il parle. Et tout laisse penser qu'il ne dit que la vérité.

Conséquence, en avril 1993, le général, Jean Varret (certainement empêcheur de tourner en rond), n'est pas reconduit comme chef de la MMC pour un an, comme il le souhaitait. Il quittera, par la suite, l'institution militaire.

Il conclut très amer : "Certains militaires à des postes-clés ont été trop loin, parce qu'ils n'ont pas voulu prendre en compte les risques de cette politique de soutien à Habyarimana (président rwandais, Hutu, dont l'avion est abattu au-dessus de Kigali le 6 avril 1994, marquant le début des massacres à grande échelle)", estime-t-il.

Qui a abattu cet avion qui a provoqué la mort des présidents du Rwanda, Juvénal Habyarimana, et du Burundi, Cyprien Ntamyara ? De fortes présomptions pèsent sur l'actuel homme fort du Rwanda, le général, Paul Kagame, qui avaient ses hommes sur place, et dont les rapports avec la France sont des plus compliquées, aujourd'hui. Et pour cause ! Mais quelle justice au monde pourrait-elle l'inculper alors qu'il est tout puissant et intouchable président du Rwanda ? Paul Kagame a, opportunément, changé la constitution du pays, il y a deux ans, pour rester au pouvoir jusqu'en 2038. Il a de la suite dans les idées et ne veut pas des lendemains qui pourraient déchanter.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.