INTEGRATION : A la Cédeao, on avance vite et très bien même !

Le président, Faure Gnassingbé, du Togo a accueilli ses pairs de la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest) en Sommet, mardi, 31 juillet, à Lomé. Votre magazine préféré, Afrique Education, qui a assisté à cette 53e session, peut attester que ce fut un « Sommet des grandes décisions ». Le numéro 468 de septembre chez vos marchands de journaux depuis ce jeudi, 6 septembre, vous dit tout comme si vous y étiez.

Preuve que la CEDEAO est en avance d'une année lumière sur la CEEAC (Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale), la création d'une monnaie commune à cette zone, qui acterait la sortie de la zone CFA , a fait l'objet d'un débat très intéressant où on a pu écouter les arguments de première main des chefs d'Etat de Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara, qui souhaite que la réalisation de cette mutation s'entoure du maximum de précautions pour éviter un possible dérapage, et du Niger, Mahamadou Issoufou, qui supervise des études préliminaires ayant trait à la création de cette monnaie avec son homologue du Ghana, Nana Akufo-Addo, en collaboration avec un consultant international qu'accompagnent les banques centrales dont celle du Nigeria.

Bref, les questions économiques, la libre circulation des personnes et des biens, les sujets ayant trait à la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA), le développement agricole et la sécurité alimentaire, sont autant de thèmes qui ont meublé les échanges entres chefs d'Etat.

Il en est de même de la « Paix, Sécurité et Démocratie », un thème de débat qui a permis aux chefs d'Etat d'aborder et de fixer une ligne directrice par rapport à la question bissau-guinéenne et la situation socio-politique au Togo et en Gambie.

Le président du Nigeria, Muhammadu Buhari, a pris la présidence tournante de la CEDEAO pour un an. A ce titre, il organisera la 54e session de la CEDEAO, pendant la deuxième quinzaine de décembre, chez lui, à Abuja.

Autre bonne lecture dans le numéro 468 d'Afrique Education de septembre 2018 : « Afrique : La présence de l'armée russe se renforce ». Les Russes sont, désormais, présents en Guinée équatoriale où ils entretiennent une base navale primaire, en Egypte où ils ont remis leurs installations d'observation de la zone, en Centrafrique où ils s'occupent (comme l'Union européenne) de la formation des FACA (Forces armées centrafricaines) en même temps qu'ils ont pris en charge la sécurité du président de la République, Archange-Faustin Touadéra, et au Burkina Faso où ils vont aider le pouvoir à enrayer des attaques terroristes qui tendent à déstabiliser l'Etat.

Toujours dans le numéro 468 d'Afrique Education : « Eglise catholique : Le Saint-Père doit s'attaquer à la paternité des prêtres en Afrique ». Un sujet central qui risque de miner l'influence de l'église catholique en Afrique où on a l'impression qu'on devient prêtre non par vocation mais pour échapper au chômage.

Hommages au Ghanéen, Kofi Annan, à l'Africaine-Américaine, Aretha Franklin, mais aussi, au grand économiste tiers-mondiste égyptien, Samir Amin, récemment, disparus. Beaucoup d'autres articles sur l'actualité, la société, la politique, l'économie, l'éducation, la culture, les sciences et la médecine, les uns plus intéressants que les autres, sont, aussi, à lire dans le magazine, trouvable chez vos marchands de journaux.

Pour ceux qui ne le savent pas encore, Afrique Education est un magazine, hautement, intellectuel qui ne se soucie guère des qu'en dira-t-on, combat, âprement, la pensée unique, donne une autre lecture de l'actualité, et œuvre pour une Afrique digne et respectée. Et ce depuis 1993, année de sa création.

Ajouter un commentaire

Les plus populaires