NAMIBIE : Quand les Allemands commettent le génocide et veulent refuser de payer les dommages et intérêts

Ils se croient malins, très malins, les Allemands. On peut, aussi, se demander où est le courage de la (Grande) Allemagne ? Accusée de génocide en Namibie, ce qu'elle n'a, jamais, osé nier connaissant ses méthodes coloniales, particulièrement, dictatoriales, violentes et sanguinaires, elle se rétracte, aujourd'hui, parce qu'elle devra payer les dommages et intérêts aux victimes. En effet, sans avoir honte ni se soucier des qu'en dira-t-on, le gouvernement allemand a indiqué ce vendredi, 26 janvier, avoir diligenté le rejet d'une demande en réparation pour génocide de descendants de tribus namibiennes, qui ont poursuivi l'Allemagne devant un tribunal de New York. Cela dit, ce n'est pas parce que l'Allemagne ne veut pas payer qu'elle ne paiera pas finalement. L'Affaire est entre les mains de la justice new yorkaise qui devra décider des sommes à verser aux victimes namibiennes des nombreuses exactions de l'Allemagne colonialiste.

"La plainte est irrecevable du fait du principe de l'immunité de l'Etat. C'est pourquoi il était nécessaire, en droit américain, de notifier cela au tribunal de manière formelle. Nous l'avons fait via un avocat", a indiqué la porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères, Maria Adebahr, lors d'un point de presse.

"Nous ne commentons pas une procédure en cours, le procès a été ajourné, je ne peux pas vous donner une date exacte" pour la suite, a-t-elle ajouté, au lendemain d'une audience sur la procédure de ce dossier devant un juge fédéral à New York.

Des représentants des tribus des Héréro et Nama ont déposé cette plainte pour obtenir des dédommagements pour la guerre "raciale" menée contre ces peuples indigènes dans l'Afrique allemande du Sud-Ouest (1884-1915).

Privés de leurs terres, de leur bétail et de tout moyen de subsistance par des colons allemands, les Héréros se sont révoltés, le 12 janvier 1904, massacrant 123 civils allemands.

Après la sanglante bataille de Waterberg, en août de cette année-là, quelque 80.000 Héréros fuient avec femmes et enfants pour gagner le Botswana voisin. Les troupes allemandes les poursuivent à travers les étendues désertiques de l'actuel Kalahari, où seuls 15.000 survivent. Et en octobre 1904, le commandant militaire de la colonie, le général, Lothar von Trotha, ordonne l'extermination des Héréro.

Quant à la tribu nama, plus petite, elle connut un sort similaire. Quelque 10.000 de ses membres furent tués en essayant de se rebeller contre les Allemands entre 1903 et 1908.

D’après les historiens, près de 100 000 ressortissants des communautés Héréro et Nama ont été tués suite à cette rébellion entre 1904 et 1908 par les colons allemands.
D’autres ont été abandonnés dans le désert sans moyen de survie. L’Allemagne dit, aujourd’hui, soutenir les efforts de redistribution des terres engagés par le gouvernement namibien.

“Il faudrait travailler à l‘élaboration d’une déclaration commune comportant trois thèmes : le premier sur l‘énonciation d’un discours commun sur les évènements de 1904-1908, le deuxième sur les excuses de la partie allemande et enfin le troisième sur les autres mesures à prendre pour panser les plaies,” déclare, ainsi, l’ambassadeur allemand en Namibie Christian Matthias Schlaga.

Même si l'Allemagne a mis longtemps à reconnaître la gravité des faits, plusieurs de ses représentants utilisent, désormais, le terme de "génocide" pour décrire les faits.
Un processus politico-diplomatique est, aussi, en cours avec la Namibie depuis plus de deux ans et doit aboutir à une déclaration commune sur ces crimes.

Mais, Berlin a, toujours, considéré ne pas avoir à payer de dédommagements individuels aux descendants des victimes, arguant, notamment, de l'aide "généreuse" au développement avec des montants "records", par habitant, versée à la Namibie depuis son indépendance de l'Afrique du Sud en 1990. Un argument de bas étage que les Namibiens écartent, et qui devrait faire honte à Angela Merkel et son gouvernement. Un véritable nazisme avant l'heure.

Ajouter un commentaire

Les plus populaires