PRESIDENTIELLE AU BURKINA FASO : Blaise Compaoré candidat du CDP en 2020 ?

Le Burkina Faso commence à être en ébullition à 15 mois d'une élection présidentielle qui paraît, particulièrement, indécise. Candidat à sa succession, l'actuel président, Roch Marc Christian Kaboré, n'a aucune garantie qu'il sera réélu, les attaques répétées des djihadistes et les massacres des populations et des militaires, qui vont avec, constituant l'un des principaux points noirs de sa gouvernance. C'est dans ce contexte d'incertitude que le CDP (Congrès pour la démocratie et le progrès) cherche à faire revenir son président d'honneur, Blaise Compaoré, de son exil doré en Côte d'Ivoire.

Au moins, deux raisons peuvent expliquer que le président du CDP, Eddie Komboigo, milite pour un retour rapide de Blaise Compaoré au Burkina Faso alors que, théoriquement, il est dans son pays, la Côte d'Ivoire, qui lui avait octroyé la nationalité il y a trois ans.

Premièrement, l'élection présidentielle de fin 2020 approche. Si Blaise Compaoré est de retour à Ouagadougou, il deviendrait un candidat redoutable pour Roch Marc Christian Kaboré et d'autres. Beaucoup de prétendants au palais de Kosyam veulent, secrètement, l'éviter.

Deuxièmement, 2020 est, aussi, une année électorale en Côte d'Ivoire. Or, au regard des dissensions qui existent entre les anciens partis de la majorité, avec le départ du PDCI du RHDP, on n'est pas sûr du sort qui serait réservé à Blaise Compaoré, qui est accusé de fuir la justice du Burkina Faso où il doit être entendu sur les dossiers de la mort de Thomas Sankara et du journaliste Norbert Zongo. Autrement dit, le successeur d'Alassane Ouattara peut, facilement, accéder à la demande de la justice burkinabé en extradant Blaise Compaoré.

Cette deuxième hypothèse n'est pas en contradiction avec la première qui souhaite le retour de Compaoré au Burkina Faso. En effet, le CDP a entrepris des démarches à la fois judiciaires et politiques (auprès de certains chefs d'Etat de la sous-région afin qu'ils convainquent le président Kaboré d'intervenir en faveur de Compaoré).

Le CDP semble optimiste, la justice venant, contre toute attente, d'autoriser la tenue du congrès extraordinaire du CDP, le dimanche, 22 septembre, à Ouagadougou, après avoir débouté, la veille, samedi, 21 septembre, trois membres du parti qui l'avaient assigné en justice pour que le congrès ne puisse pas se tenir. Pour le CDP, c'est un acte fort qui montre l'indépendance de la justice, généralement, accusée d'être inféodée au pouvoir comme à l'époque de Blaise Compaoré (sur notre photo, Blaise Compaoré reçoit Achille Tapsoba de son exil abidjanais en 2016).

Ajouter un commentaire

Les plus populaires