PRESIDENTIELLE EN COTE D'IVOIRE : Charles Konan Banny jette l'éponge à deux jours du scrutin

"Ce scrutin ne sera pas sincère, transparent et inclusif. La preuve (...) face à ce risque tous les Ivoiriens épris de paix, de démocratie ont dans un même élan appelé le chef de l'Etat au dialogue, à un consensus et éviter les crises qui résultent des élections mal organisées", a expliqué Charles Konan Banny au cours d'une conférence de presse improvisée, à Abidjan.

"Aucune rencontre avec le chef de l'Etat n'a été acceptée, sauf l'approche choisie par lui. Après avoir mené jusqu'au bout, après avoir combattu, après avoir mené nos responsables à épargner la Côte d'Ivoire du chaos, j'ai donc décidé de ne plus participer à compter de cet instant au processus inique", a-t-il poursuivi.

C'est une véritable douche froide pour ses partisans, qui avaient cru en lui, et dénoncé le fait que le PDCI, refusait de présenter, dès le premier tour, un candidat issu de ses rangs. La dynamique de l'union conduite par Henri Konan Bédié, président du RHDP, président du PDCI et parrain de la candidature d'Alassane Ouattara, écrase, donc, tout sur son passage. Même Banny n'y a rien pu faire.

Après Amara Essy (dont on se demandait ce qu'il était parti chercher dans cette jungle), voilà le deuxième candidat issu du parti, présenté comme indépendant, qui se retire de la course. Il a, également, empoché les 100 millions de F CFA (150.000 euros) que l'Etat a alloués, à chaque candidat, pour les frais de campagne. Les chances de KKB, le dernier des indépendants issus du PDCI vont-elles pour autant s'accroître ? Réponse après le 25 octobre.

Charles Konan Banny a demandé pardon à ses partisans. On souhaiterait bien savoir ce qu'ils en pensent.

Il reste, désormais, sept candidats sur la liste des prétendants à la succession d'Alassane Ouattara dont la réélection, dès le premier tour, ne choquerait plus personne, même avec la participation du président du FPI, Pascal Affi N'Guessan, qui est plus figurant qu'autre chose, le vrai patron du parti, Laurent Gbagbo, ayant refusé de lui apporter sa bénédiction de son lieu de détention, aux Pays Bas.

Ajouter un commentaire

Les plus populaires