PRESIDENTIELLE EN COTE D'IVOIRE : Les obsèques de Gon Coulibaly à Korhogo transformées en conclave en faveur de la réélection de Ouattara (qui veut un 3e mandat)

Notre ami et frère de Côte d'Ivoire, Jean-Claude Djereke, professeur de littérature à l'Université de Temple, aux Etats-Unis, l'écrit, régulièrement, sur nos colonnes : Alassane Ouattara est un fourbe, un manipulateur, un menteur de la pire espèce. Ouattara est en train de lui donner raison. En attendant qu'on en sache beaucoup plus sur la mort (inattendue et brutale) de son « fils », Amadou Gon Coulibaly, car il faudra savoir ce qui s'est réellement passé en France pendant les deux mois de séjour médical de Gon Coulibaly où il semble avoir été « sacrifié » sur l'autel des ambitions démesurées de son faux papa de président de la République et grand amoureux de la conservation du pouvoir. La correspondance particulière ci-dessous de notre contact en Côte d'Ivoire livre certains secrets que Ouattara (le manipulateur) cache aux Ivoiriens, qui sont, pour une fois, invités à se réveiller de leur profond sommeil, pour prendre, réellement, véritablement, leur destin en main.

Du mercredi, 15 juillet, au vendredi, 17 juillet 2020, nous étions à Korogho dans le cadre des obsèques du premier ministre, Amadou Gon Coulibaly. Nous y avons séjourné grâce au soutien du Cadre RHDP qui nous avait rapporté les évènements de l'Aéroport Félix Houphouët-Boigny, le jour du retour du Lion (Amadou Gon Coulibaly) en Côte d'Ivoire.

Sur place dans la capitale du Poro, Korhogo, nous avons pu constater qu'au-delà des funérailles, l'actualité a tourné, effectivement, autour de la désignation du nouveau candidat du RHDP à l'élection présidentielle d'octobre prochain (sur notre photo, Alassane Ouattara (et Madame) s'inclinent devant la dépouille de leur « fils » Gon Coulibaly).

Finalement, notre informateur qui a pris part au grand conclave nous a confirmés, hier, aux environs de 10 heures avant l'inhumation, qu'Alassane Ouattara va bel et bien briguer un 3e mandat. L'annonce sera faite avant fin juillet. Par ailleurs, la semaine prochaine, il nommera Hamed Bakayoko à la primature et début août, Patrick Achi à la vice-présidence. Selon lui, les caciques du parti au pouvoir ont été fermes et catégoriques, voire, menaçants quelque fois.

La colère est montée grandement lors de la réunion lorsqu'Alassane Ouattara a révélé aux participants qu'il a, déjà, confirmé au ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, ainsi qu'au président sénégalais, Macky Sall, qu'il respectera sa parole du 5 mars 2020 à Yamoussoukro : respecter la constitution en ne briguant pas un 3e mandat (https://www.afriqueeducation.com/politique/presidentielle_en_cote_d_ivoi...).

Face à cette révélation, tout le Cercle a répondu que ce n'est pas la Communauté internationale qui vote en Côte d'Ivoire et que grâce aux armes ainsi qu'au dévouement des troupes, toute contestation sera matée. Plus loin, d'autres comme Vagondo, Koné Zakaria et Gauze, ont affirmé ceci : "Monsieur le Président, de toutes les façons, c'est avec celui qui a le pouvoir que les Blancs travaillent. Les cas sont nombreux sur le continent. N'ayez pas peur. Nous sommes prêts. Dormez tranquille " !

Dans la foulée de ce conclave, il y a eu une autre réunion entre Hamed Bakayoko et Ibrahima Ouattara, le frère du président de la République surnommé « Photocopie » du fait de leur ressemblance, afin d'accorder leurs désaccords pour coordonner, rassembler et fusionner tous leurs miliciens et fidèles au sein de l'armée ivoirienne. Objectif : contenir les futures contestations d'où qu'elles viendront.

En outre, des missions validées de chefs traditionnels et d'imams vont parcourir la semaine prochaine l'ensemble du territoire national pour faire passer le message du soutien indéfectible à la candidature de Ouattara pour un 3e mandat.

Ivoiriens, l'information que nous vous donnons en exclusivité donne froid dans le dos. Une liste déjà élaborée des cadres de l'opposition à exécuter avec Henri Konan Bédié en tête, a été arrêtée et circule sous les manteaux. Henri Konan Bédié est l'ancien président de Côte d'Ivoire, faiseur de président Ouattara à deux reprises en 2010 et 2015 (en tant que parrain de sa candidature). Il est aussi l'ancien président du RHDP, parti qu'il a quitté à cause des dissensions internes, et actuel candidat (unique) du PDCI-RDA à la future élection présidentielle. Les accords entre Ouattara et Bédié stipulaient que le premier devait, pendant l'élection présidentielle de 2020, soutenir la candidature du second pour lui permettre d'accéder, à son tour, à la magistrature suprême. Mais, le menteur et manipulateur qui n'a jamais respecté aucun accord, ne l'entend plus de cette oreille.

Pris de peur par ces révélations tonitruantes, notre informateur nous a demandé de quitter la Côte d'Ivoire avant la fin de ce mois (de juillet) afin dit-il, de nous mettre à l'abri car ce qu'il a entendu, relève d'un grand bain de sang, qui aura lieu en Côte d'Ivoire si l'opposition décide de manifester comme au Burkina, au Mali et en Guinée.

En tout cas, aucun journaliste ivoirien, qui a pris part aux obsèques de Gon Coulibaly, le Lion, à Korhogo, ne va nier ce qui a été dit en sourdine dans cette ville, mais, par manque de courage, nul ne voudra l'écrire, ni le dire à la radio ou à la télé.

Au nom de notre force et détermination, nous osons informer les Ivoiriens afin qu'ils sachent prendre leurs dispositions car le RHDP a lancé l'appel de Korogho : "RUGISSONS SANS REFLECHIR POUR CONSERVER NOTRE POUVOIR VAILLE QUE VAILLE ! L'HEURE EST A L'ACTION".

Que Dieu garde et protège la Côte d'Ivoire !!!!

Correspondance particulière depuis la Côte d'Ivoire.

Les plus populaires