TUNISIE : Le président Béji Caïd Essebsi conduit en sa dernière demeure

Des milliers de Tunisiens ont rendu un dernier hommage à leur président, Béji Caïd Essebsi, enterré, samedi, 27 juillet, en présence de plusieurs chefs d’Etat étrangers dont aucun venant de l'Afrique noire. Les relations entre les pays africains au Sud-Sahara et la Tunisie, contrairement, aux pays comme le Maroc, l'Egypte et l'Algérie, demandent à être développées. C'est un scandale qu'aucun chef d'Etat négro-africain n'ait effectué le déplacement de Tunis. Premier président de la Tunisie démocratique, Béji Caïd Essebsi, qui n'a pas fait grand chose, non plus, depuis 2014 qu'il était en poste, pour développer les dites relations, est décédé, jeudi, 25 juillet, à l’âge de 92 ans.

Plusieurs chefs d’Etat et de gouvernement étaient présents. Du moins, un certain nombre. En réalité, pas beaucoup. On a compté Emmanuel Macron, président de la République française, qui était parmi les premiers à confirmer sa présence.

Angela Merkel, chancelière allemande, était, également, présente. Le président algérien par intérim, Abdelkder Bensalah, avait, aussi, fait le déplacement de Tunis.

Parmi les chefs d'Etat non africains, on a enregistré la présence du roi Abdallah de Jordanie, de l’émir du Qatar, Cheikh Tamim, et du président du Portugal, Marcelo Rebelo de Sousa. Parmi les chefs de gouvernement, il y avait le chef du gouvernement d’union nationale libyen, Fayez Al-Sarraj et le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas. Le prince, Moulay Rachid, du Maroc était, aussi, présent. Mais pas d'Abdel Fattah al-Sissi d'Egypte qui préside, en ce moment, l'Union africaine, ni du président de la Commission de l'Union africaine, le Tchadien, Moussa Faki Mahamat.

Le président a été enterré dans un cimetière de Tunis, à côté d'autres membres de sa famille (notre photo).

Président par intérim, l'ex-président du parlement, Mohamed Ennaceur, qui avait prêté serment, quelques heures, après le décès de Béji Caïd Essebsi, organisera l'élection présidentielle le 15 septembre, une élection à laquelle il ne sera pas candidat.

La rédaction d'Afrique Education (magazine papier et site quotidien) exprime sa forte douleur et adresse ses sincères condoléances au peuple tunisien et à la famille du défunt. Que la terre soit légère au président Essebsi.

Ajouter un commentaire

Les plus populaires