Cyril Ramaphosa.

Le Bureau de l'Assemblée des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine (UA) a décidé de créer un Fonds continental anti-COVID-19, qui sera utilisé dans la lutte contre l'épidémie du nouveau coronavirus en Afrique. Si ceci n'explique pas cela, on note que ce Fonds est créé au moment où le président de la Commission de l'UA, Moussa Faki Mahamat, suit un confinement de quatorze jours bien que n'étant pas malade, après avoir été en contact avec un de ses conseillers atteint par la maladie.

Le groupe français, Total, a annoncé, jeudi, 7 février, une découverte "importante" d'hydrocarbures au large de l'Afrique du Sud. Cette découverte a, aussitôt, été saluée par le gouvernement de Pretoria comme un "coup de pouce" potentiel à son économie en difficulté. C'est une bonne nouvelle pour Cyril Ramaphosa, le candidat de l'ANC à la future présidentielle dont le parti, anglué dans des affaires de corruption, affrontera de coriaces adversaires lors des législatives dans trois mois.

La Namibie va exproprier les propriétaires terriens étrangers qui ne vivent pas sur son sol dans le cadre d'une nouvelle réforme destinée à corriger les inégalités foncières héritées de son époque coloniale. Cette annonce du président, Hage Geingob, vient mettre un terme à ses hésitations en la matière alors que beaucoup de paysans sans terre en demandent pour vivre et aider à la relance de la production dans le pays.

Le très faussaire président sud-africain, Jacob Zuma, est, clairement, sur un siège éjectable depuis que le parlement a décidé d'étudier la procédure pour le destituer. Le parlement suit, là, les injonctions de la Cour constitutionnelle, plus haute instance juridique du pays, qui lui a ordonné, fin décembre, de "mettre en place un mécanisme qui pourrait être utilisé pour la destitution du président".