Vous êtes ici

Paul Biya.

Une équipe des reportages très sereine dirigée par la directrice des Rédactions TV de la CRTV, Madeleine Soppi Kotto, sous la « supervision générale » du patron de la télévision publique, Charles Ndongo, qui a préféré être aux côtés de ses équipes techniques et rédactionnelles au lieu de prendre place à la tribune avec les officiels, a pu retransmettre, sans fausse note, l'ensemble du défilé, celui-ci étant d'ailleurs repris par les chaînes privées camerounaises de télévision. Le défilé du 20 mai aussi bien militaire que civil aura été un bon moment tel que les Camerounais souhaiteraient en avoir, souvent, pour magnifier leur vivre ensemble. Commencé à 11 h 00 (9 h GMT), il a pris fin à 13 h 30 (11 h 30 GMT).

Michelle Bachelet, haut-commissaire aux droits de l'homme des Nations-Unies, vient de séjourner au Cameroun, à l'invitation du gouvernement. Pendant trois jours, elle a pu rencontrer, le président camerounais, Paul Biya, le premier ministre, Joseph Dion Ngute, les ministres concernés à un titre ou à un autre par la question anglophone, les partis politiques de la majorité présidentielle et de l'opposition, et les organisations de la société civile. Elle a tenu à parler, absolument, avec tout le monde. Objectif, se faire sa propre idée de la très difficile situation qui prévaut dans les régions du Nord et du Sud-Ouest du Cameroun, où on vit au ralenti.

Sitôt réélu le 22 octobre, le président du Cameroun, Paul Biya, n'a pas tardé à prendre des mesures fortes pour montrer à l'opinion qu'il est l'homme de la situation. Après la signature, la semaine dernière, à Paris, de l'accord de financement de 780 milliards de F CFA (1,6 milliard de dollars) avec les partenaires occidentaux en vue de la construction du barrage de Nachtigal d'une puissance de 430 MW, soit, le tiers de la production nationale actuelle de l'énergie du Cameroun, ce qui, à sa mise en service, dans 57 mois, rendra le Cameroun excédentaire en énergie électrique qu'il pourra même exporter dans des pays voisins comme le Nigeria ou le Tchad, il a ordonné, mardi, 13 novembre, le recrutement de 2.000 docteurs ou titulaires d'un PhD de nationalité camerounaise pour l'enseignement supérieur.

Mardi, 22 mai, l'ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun, Peter Henry Barlerin, a été convoqué par le chef de la diplomatie camerounaise, Lejeune Mbella Mbella. Dans un communiqué incendiaire diffusé la veille de la fête nationale du 20 mai, il s'était, grossièrement, ingéré dans les affaires intérieures du Cameroun, conseillant un dialogue entre les dirigeants camerounais et les sécessionnistes de l'Ambazonie. L'ambassadeur a, volontairement, ignoré l'obligation de réserve qui fait la force de la diplomatie de l'ombre, alors qu'il venait, quelques jours plus tôt, de se faire recevoir au Palais de l'Unité par Paul Biya. Plus grave, il est allé jusqu'à conseiller au chef de l'Etat camerounais de soigner l'héritage qu'il devait laisser au pays en pensant à Nelson Mandela (qui avait volontairement abandonné le pouvoir après un seul et unique mandat). D'où la question que se posent les Camerounais : Barlerin est-il venu déstabiliser le Cameroun ? Si tel est le cas, il aura réussi à souder les Camerounais de la majorité et de l'opposition autour de leur président car plus jaloux de leur souveraineté que les Camerounais, on ne connaît pas en Afrique. Après sa convocation chez le ministre des Affaires étrangères, il sera, désormais, suivi à l'oeil comme du lait sur le feu, les Camerounais étant convaincus qu'il ne leur veut pas du bien.

Quelle politique monétaire pour quels objectifs ? Les ministres des Finances de la zone franc tentent de faire converger, ce samedi, 9 avril, leurs positions, lors d'un Sommet, à Yaoundé, sur fond d'interrogations persistantes sur l'avenir du F CFA, dont certains (en réalité beaucoup) souhaitent l'abandon.