Vous êtes ici

Sommet de Lomé

La colonisation des mers va bientôt prendre fin. Le Sommet de Lomé sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement économique, convoqué sous l'égide de l'Union africaine, a permis d'adopter une Charte (dite Charte de Lomé) afin de lutter contre le terrorisme et la piraterie maritimes en Afrique. Très bientôt, plus question de laisser les pêcheurs illicites piller nos espèces sans broncher ni les exploitants sans foi ni loi faire main basse sur nos ressources marines, comme s'ils avaient conquis nos eaux. La Charte a prévu toutes les dispositions pour réglementer nos espaces maritimes, dans le respect des conventions internationales.

Une trentaine de pays africains ont adopté, samedi, 15 octobre, à Lomé, une Charte contraignante sur la sûreté et la sécurité maritimes. Ce texte initié par le Togo a été validé lors du Sommet extraordinaire de l’Union africaine (UA). Désormais, un vaste chantier s'ouvre pour l'Afrique, qui ambitionne de prendre en main l'avenir de ses mers et océans. Avec cet instrument juridique qu'il faudra, rapidement, compléter en ajoutant les remarques formulées par certains Etats, et ratifier (comme tout accord de ce genre), c'est un autre défi que se lance l'Afrique. Le Togo, à la tête d'un groupe d'une quinzaine de pays, va continuer cette bataille qu'elle mène, déjà, si bien, depuis deux ans.

Le Sommet sur la sécurité maritime que le Togo accueille, samedi, 15 octobre, va connaître un succès éclatant. Pour un Sommet technique avec un intitulé pointu, la participation frise celle d'un Sommet ordinaire, organisé, à Addis Abeba. Un succès à mettre à l'actif du président, Faure Gnassingbé, et de son gouvernement dont le chef de la diplomatie, le professeur, Robert Dussey. Le Togo de Faure Gnassingbé se révèle comme un pays, à nouveau, capable d'accueillir les plus grandes conférences continentales, comme il y a 16 ans.

Le COREP (Comité des représentants permanents de l'Union africaine) a ouvert ses travaux, mardi, 11 octobre, afin de préparer les documents à soumettre au Sommet des chefs d'Etat sur la sûreté et sécurité maritimes en Afrique, prévu le 15 octobre, à Lomé.