Tribunal arbitral de sport.

La championne du 800 mètres sud-africaine, Caster Semenya, revient à la une de la scène. Non pas comme athlète de haut niveau, mais, pour des questions de genre. Cette question étant d'intérêt national en Afrique du Sud, le président de l'époque, Jacob Zuma, était allé jusqu'à menacer la communauté internationale d'une « guerre mondiale » si sa compatriote, Caster Semenya, était disqualifiée du fait que certains observateurs la considèrent comme mi-homme/mi-femme. Jacob Zuma eut gain de cause et, Caster Semenya a continué de gagner les titres, dans le genre féminin. Sauf que le problème revient à la une de l'actualité, aujourd'hui.
La ministre sud-africaine des Sports, Tokozile Xasa, est, actuellement, à Lausanne, pour la soutenir dans cette nouvelle épreuve. En effet, cette fois, elle veut faire invalider devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) un règlement de l'IAAF (Fédération internationale d'athlétisme) imposé aux athlètes féminines produisant, naturellement, beaucoup de testostérone. C'est son cas. Pour les deux Sud-Africaines, l'IAAF porte "atteinte aux corps des femmes".

Bien que cela ait provoqué un tollé général, le président de la Confédération africaine de football (CAF), Ahmad Ahmad, n'a pas varié dans son discours ayant trait au glissement des futures CAN (Coupe d'Afrique des nations). Pour lui, le Cameroun qui s'est vu retirer la CAN 2019 organiserait la CAN 2021 à la place de la Côte d'Ivoire qui, elle, allait organiser celle de 2023 à la place de la Guinée qui serait priée d'organiser la CAN 2025. La Fédération ivoirienne de football (FIF) avait refusé d'entendre les choses de cette oreille, engageant un bataillon d'avocats et de conseils juridiques pour déposer une plainte auprès du TAS (Tribunal arbitral de sport). Mais, après avoir rencontré, mardi, 29 janvier, à Abidjan, le président, Alassane Ouattara, la Côte d'Ivoire a accepté la proposition de la CAF d'organiser la CAN 2023 (à la place de la Guinée qui elle, organisera celle de 2025) et de retirer la plainte déposée par la FIF. C'est la première bataille gagnée par Ahmad Ahmad à la tête de la CAF car mettre d'accord, le Cameroun, la Côte d'Ivoire et la Guinée, n'était pas évident. Il fallait mouiller la chemise. Et Ahmad Ahmad ne s'est pas économisé.