Le président du Niger, Mahamadou Issoufou, n'est pas sur une bonne pente pour se succéder à lui-même. Seul contre tous, piètre communicateur en plus, il ambitionne de gagner dès le premier tour. Comme Apha Condé. Sur qui compte-t-il ?

Après son entretien avec le président congolais, le 7 juillet à, l'Elysée,  François Hollande a « salué la mobilisation de la République du Congo en faveur du succès de la Conférence de Paris sur le climat ». Mais de quelle manière Sassou Nguesso s'est-il donc mobilisé pour être ainsi salué ?

Tôt ou tard, il faudra que les autorités françaises acceptent de se regarder dans un miroir. N'est-il pas écrit, dans la Sainte Bible, que “Qui crache en l'air retombe sur sa face” ?

La prévention des attentats terroristes est une tâche particulièrement ardue. L'Alliance des associations des Algériens de France (ANAAF) condamne, avec force, les attentats sanglants, qui ont eu lieu, à Paris, le 13 novembre 2015.

Comme après l'attaque de l'avion russe, en Egypte (224 morts), Daesh n'a pas beaucoup tardé avant de revendiquer son forfait (129 morts). Voici le texte intégral de leur communiqué tombé samedi en fin de matinée.

La France pleure depuis vendredi, 13 novembre, à chaudes larmes. Des attentats d'une rare violence que François Hollande qualifie de « déclaration de guerre », ont endeuillé la nation entière : 129 morts au moment où nous mettons en ligne.

Joseph Kabila a décidé de convoquer un dialogue avec l'opposition. Opposant historique, Etienne Tshisekedi est prêt à rentrer au pays si un médiateur consensuel est désigné pour diriger les pourparlers. Kabila est-il en train de sauver son pays d'inévitables troubles ?

L'Algérie procède à des retours forcés, de temps en temps, des Nigériens sans papiers, pour se protéger, sinon, sa situation intérieure deviendrait, rapidement, ingérable.

L'Egypte va-t-elle se remettre facilement du drame survenu à Charm el-Cheikh ? Depuis l'annonce des 224 morts de ce 31 octobre, rien d'établi sur les causes exactes du crash. On continue de tourner en rond.

La situation se corse au Burundi où c'est déjà le sauve qui peut. La magie du 3e mandat de Pierre Nkurunziza produit l'effet escompté. A l'envers. Le pays se vide de ses coopérateurs. On va faire comment ?

Les plus populaires