Arts & Lettres

Une conférence internationale s'ouvre, ce vendredi, 2 décembre, à Abou Dhabi, pour mettre en place de nouveaux outils destinés à empêcher la répétition des destructions au bulldozer et au marteau-piqueur commises par des djihadistes sur des sites appartenant au patrimoine de l'humanité.

La mort du sculpteur sénégalais, Ousmane Sow, survenue, jeudi, 30 novembre, à Dakar, à l'âge de 81 ans, est "une très grosse perte pour la sculpture sénégalaise et africaine", a déclaré le ministre sénégalais de la Culture, Mbagnick Ndiaye.

La culture de la bière en Belgique et la rumba cubaine sont entrées, mercredi, 30 novembre, au "patrimoine culturel immatériel" de l'humanité. La décision a été entérinée par le comité ad hoc de l'Unesco réuni à Addis-Abeba, en Ethiopie.

Le livre du Camerounais, Paul Heutching, est décapant. Qu'on aime ses analyses ou non, on doit le lire. A quelques heures de l'ouverture du Sommet de la Francophonie, à Antananarivo (Madagascar), il était utile de jeter son ouvrage dans le débat. A quoi sert ce « machin » qui est une véritable éponge à sous ? Les Français, bien entendu, s'y reconnaissent dans la mesure où cet outil leur permet de conserver un certain rang dans le concert des grandes nations qui comptent, même si au regard des performances économiques de leur pays, il n'y a plus de quoi fouetter un chat. Les Canadiens le disent clairement : « La Francophonie est un outil d'influence de la France ». Paris en est d'ailleurs le principal bailleur de fonds et de loin. Que rapporte-t-elle aux francophones d'Afrique, en dehors de quelques postes de fonctionnaires ? Les réponses et d'autres choses, encore, sont dans le livre de Paul Heutching.

Pourquoi, après avoir annoncé, fin octobre, qu'il irait, personnellement, à Stockholm, recevoir son Prix Nobel de littérature, Bob Dylan se rétracte aujourd'hui ? Sa décision reste, pour le moment, inexpliquée et surprenante.

Le Maroc est à l'honneur en France. « Chanson douce » édité par Gallimard a permis à la Marocaine, Leïla Slimani, d'obtenir le prestigieux Prix Goncourt, la plus importante des distinctions littéraires en France. La nouvelle lauréate n'a pas, encore, atteint la quarantaine mais, déjà, elle s'illustre comme étant le porte étendard de la nouvelle vague de la littérature francophone.

Mongo Beti de son vrai nom, Alexandre Biyidi, n'était pas, seulement, un écrivain de talent. Il était, aussi, un homme politique d'autant plus écouté qu'il n'épargnait, ni la France, son pays d'accueil, ni son Cameroun natal, même quand il fut dirigé, à partir de novembre 1992, par les ressortissants de sa tribu, les Bulu. Professeur de littératures francophones à Temple University (Philadelphie, aux Etats-Unis), Jean-Claude Djereke lui rend hommage.

Les acteurs de cinéma du Nigeria le sont à leurs risques et périls. Ils le vérifient tous les jours à leurs dépens. Les histoires se suivent et se rassemblent. L'objectif des djihadistes est clair : bannir le cinéma du pays, un art qui va à l'encontre des prédictions du prophète.

Décédé le mois dernier, le président, Emile Derlin Zinsou, est l'un des Béninois à avoir, particulièrement, marqué son pays, de la plus belle des manières.

Après un intense lobbying, la communauté musulmane radicale de Kano, capitale du Nord du Nigeria, a, finalement, réussi à empêcher la construction d'un centre d'excellence du cinéma visant à encourager un secteur florissant dans le pays.

Le Comité du patrimoine mondial, dont la 40e session s'est tenue, du 10 au 17 juillet, à Istanbul (Turquie), a inscrit huit nouveaux sites dont deux sites africains : un site transnational (Kazakhstan/Kirghizistan/Ouzbékistan) et des sites au Canada, en Chine, en Iran, en Iraq, au Mexique, au Soudan et au Tchad.

Le Comité du patrimoine mondial de l'Organisation des Nations-Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) a inscrit les Villes anciennes de Djenné, au Mali, sur la Liste du patrimoine mondial en péril, en raison de l'insécurité dans la région, qui ne permet pas la mise en œuvre des mesures de protection du bien.

La Côte d'Ivoire va rendre, mercredi, 27 avril, un hommage musical au roi de la rumba congolaise Papa Wemba, décédé dimanche à Abidjan, où une délégation (composée de sa veuve) est arrivée de République démocratique du Congo pour organiser le rapatriement du corps et les obsèques.

Ecrivain et professeur de littérature dans les universités américaines, le Congolais, Alain Mabanckou, a délivré sa leçon inaugurale au Collège de France, jeudi, 17 mars. Il en a profité pour critiquer la politique culturelle du Congo-Brazzaville.

Camerounais qui fait dans le rapp, Doro Supra (connu auparavant sous le nom de Mastah Suprêm) vient de signer avec un producteur belge et annonce d'ores et déjà un album sur le marché.

La veuve du savant et égyptologue sénégalais, Cheikh Anta Diop, Marie Louise Diop, auteure d'ouvrages sur la population en Afrique et soutien de son mari dans son combat pour réhabiliter les civilisations noires, est décédée, vendredi, à Paris.

Agé de 58 ans, il avait remporté le prix Goncourt et le prix Médicis, en 1995, pour Le Testament français. Il va occuper le siège laissé vacant par Assia Djebar.

La ville malienne de Tombouctou (Nord) a réceptionné, jeudi, 4 février, lors d'une cérémonie symbolique, ses mausolées reconstruits, grâce à l'Unesco, monuments du patrimoine mondial détruits par les djihadistes, en 2012.

Qu'est-ce-qui ne tourne pas rond chez Manuel Valls, le jeune premier ministre de France ? Au moment où il fait tout pour plaire et décoller dans les sondages, il récolte moins que des miettes, pour dire, rien du tout. Sinon des engueulades parfois.

La seconde édition d'Airtel Trace Music Star, la plus grande opération de détection de talents musicaux jamais organisée, en Afrique, démarrera, lundi, 1er février 2016, dans 10 pays africains. Jeunes musiciens d'Afrique : à vos marques, prêts, partez !