FRANCE-BENIN : Vers la restitution des biens culturels volés ?

Ministre d'Etat, secrétaire général à la présidence de la République, Pascal Koupaki va superviser l'opération consistant à restituer les biens culturels du Bénin en France.

Cette demande de restitution se justifie par le souhait des autorités béninoises de mieux faire connaître à leurs populations la valeur de ses biens culturels et historiques à l'étranger.

"La démarche du Bénin respecte la vision de l'Unesco pour le transfert des biens culturels à leurs pays d'origine ou pour leur restitution en cas d'appropriation illégale", a-t-il déclaré.

En effet, sur la base de la Convention de 1970, plusieurs pays africains, américains ou asiatiques ont, déjà, pu récupérer nombre de biens culturels ou historiques auprès des pays étrangers.

"Au titre des biens réclamés par le Bénin, figurent les trésors des rois de Danxomè emportés par le colonisateur français", a-t-il précisé.

Plusieurs démarches ont été, déjà, engagées en direction de la partie française.

Le Bénin compte, aussi, récupérer des documents que le professeur, Gilbert Rouger, propose d'offrir, gracieusement, au pays.

Commentaires

Ali ISSA (non vérifié)
La France vient d'opposer un refus catégorique au Bénin pour la restitution des biens culturels "mal acquis" pendant la période coloniale au motif juridique que ces biens, du fait de leur incorporation au Domaine public culturel français les rendrait inaliénables, insaisissables et imprescriptibles, ce qui est vrai. Qu'à cela ne tienne, il existe une procédure juridique dite de déclassement permettant de faire sortir ces biens du Domaine Public et ainsi de les rendre à leur légitime propriétaire, le Bénin, si telle est sa volonté. La restitution de ces biens n'est donc juridiquement pas impossible, contrairement aux arguments avancés par la France et parfaitement révélateurs de sa mauvaise foi dans cette affaire. Toute la question est de savoir si la France a eu à tout le moins l'honnêteté d'informer le Bénin de l'existence de cette procédure de déclassement du Domaine Public, et ce en vue de la restitution des biens culturels - et aussi cultuels, j'imagine - béninois. Personnellement, j'en doute. Etat d'esprit colonial quand tu nous tiens...Au Bénin de mettre ses avocats publicistes au travail.

Ajouter un commentaire

1 + 14 =
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.