CHINE-AFRIQUE : A quoi ressemblera le partenariat gagnant-gagnant de demain ?

Le président chinois, Xi Jinping, et la présidente de la Commission de l'Union africaine (UA), Nkosazana Dlamini-Zuma, se sont vus, jeudi, 3 décembre, à Pretoria, en amont d'un Sommet sur la coopération Chine-Afrique, qui se tiendra, à Johannesburg, les 4 et 5 décembre. Les deux partenaires ont mis l'accent sur le rôle significatif dans le développement et l'intégration de l'Afrique, ainsi que, dans les affaires régionales et mondiales.

A la même occasion, M. Xi a appelé la Chine et l'UA à renforcer la confiance politique mutuelle, à perfectionner le mécanisme de dialogue et à forger un partenariat stratégique. Une proposition, immédiatement, validée par la présidente de la Commission.

Le partenariat stratégique entre l'Afrique et la Chine va prendre de l'ampleur. Dans le domaine économique, il s'intensifiera au niveau de la capacité de production des entreprises africaines où le savoir-faire chinois est indispensable pour permettre la transformation, au moins, au premier degré, des matières premières locales. C'est la raison pour laquelle la Chine va, également, accentuer sa politique de formation des cadres africains, afin qu'ils soient aptes à répondre aux attentes de leurs Etats.

Autre domaine où l'intervention de la Chine est sollicitée : le développement des infrastructures et la couverture du continent en énergie. Là aussi, la Chine va répondre présent en dotant les pays africains, de routes, de chemins de fer, de ports, de barrages hydroélectriques, et autres. Bref, la Chine sent prête à assurer le rôle que les pays africains attendent d'elle, sans faille.

Le président chinois a, aussi, appelé les deux parties à renforcer leur coopération dans des domaines tels que le contrôle et la prévention des maladies et les échanges entre les peuples de sorte à créer de nouveaux domaines actifs de coopération bilatérale. C'est un aspect nouveau du partenariat gagnant-gagnant, qui existe entre les deux parties. C'est un domaine non négligeable quand on sait que les maladies qui provoquaient des hécatombes, en Afrique, comme le paludisme, ont vu le prix de leurs médicaments divisé par cinq, sinon plus, grâce aux nouvelles molécules inventées par les laboratoires chinois.

Un refrain que souhaitent cependant entendre les dictateurs africains : "Les questions africaines devraient être résolues par les peuples africains selon leurs modalités", a déclaré M. Xi, soulignant que son pays ne s'ingérerait, jamais, dans les affaires intérieures des pays africains.

Un domaine où la Chine est cependant appelée à fournir de réels efforts : celui de la paix et de la sécurité collective en Afrique. La Chine doit accroître les efforts de l'UA de maintien de la paix sur le continent. Elle doit, en outre, renforcer sa coopération de sécurité avec l'UA, et pousser les pays africains à s'inspirer de son modèle d'alternance à la tête de l'Etat. En effet, en Chine, aucun président de la République ne peut faire plus de deux mandats à la tête du pays, quels que soient ses mérites personnels. Dix ans, et on cède la place à quelqu'un d'autre. Un tel appui venant de la Chine à l'UA qui peine à être entendu par les dirigeants africains, serait aussi gagnant-gagnant.

Commentaires

Alden Grace MOUELE (non vérifié)
"La coopération sino-africaine: partenariat équilibré ou exploitation ?"
mahamat gamarga (non vérifié)
That is what Africa is looking for and ... This parteneriat will rule for long

Ajouter un commentaire

Les plus populaires