Vous êtes ici

NIGERIA : Le président Buhari veut emprunter d'urgence 10 milliards d'euros en 2016

Le Nigeria, première puissance économique d'Afrique, dont les recettes ont fondu avec la chute des cours du pétrole, a annoncé, le mois dernier, un budget record de 6.080 milliards de nairas (environ 28 milliards d'euros), pour 2016, pour stimuler la croissance en investissant dans de grands projets d'infrastructure.

Le pays a, déjà, annoncé qu'il aurait recours à des emprunts à hauteur de 1.800 milliards de nairas (8,3 milliards de dollars) pour le financer.
La Banque africaine de développement (BAD), présidée par Akinwumi Adesina (notre photo quand il avait rendu visite, le 4 août dernier, au président, Muhammadu Buhari, à Aso Rock Presidentiel Villa), de nationalité nigériane, a déclaré, dans un communiqué, que des discussions portant sur un prêt d'un milliard de dollars "en appui budgétaire" étaient en cours.

Une délégation de la BAD était, à Abuja, la semaine dernière, pour explorer, avec des responsables nigérians, "la meilleure façon, pour la banque, d'aider à mettre, en place, les priorités énoncées par le gouvernement", dit le texte.

"La demande est en train d'être étudiée par la banque", ajoute la BAD.

David Theis, porte-parole de la Banque mondiale, a, par ailleurs, affirmé que l'institution était "en cours de discussion avec le gouvernement fédéral du Nigeria à propos de la préparation d'une opération de politique de développement".

"La proposition (...) sera soumise au comité des directeurs exécutifs de la Banque mondiale plus tard cette année", a-t-il ajouté dans un communiqué.

Le Financial Times a affirmé dans un article que le Nigeria avait réclamé un prêt de 3,5 milliards de dollars, au total, à la BAD et à la Banque mondiale. Mais, ce montant n'a pas pu être confirmé pour l'instant.
La ministre nigériane des Finances, Kemi Adeosun, a confirmé, dans un communiqué, que "des possibilités avec plusieurs bailleurs de fonds multilatéraux dont la Banque Mondiale et la BAD" étaient "en train d'être explorées", sans donner de montant.

La Banque d'import-export de Chine constitue "une seconde option de financement", a-t-elle poursuivi dans un communiqué envoyé par son porte-parole, Festus Akanbi.

Avec AFP

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.