TCHAD : Limogeage d'un deuxième ministre des Finances en neuf mois

Que se passe-t-il au Tchad ? On savait que les pays de la CEMAC (Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale) traversaient une grave crise de liquidités due à la baisse des cours du pétrole et du gaz. Mais, au Tchad, cette mauvaise passe financière prend une tournure particulière, avec le limogeage spectaculaires de deux ministres des Finances en moins d'un an. C'est suffisamment inhabituel pour qu'afriqueeducation.com puisse en parler.

« Le sultan » (appellation non contrôlée d'Idriss Déby Itno donnée par ses détracteurs) a-t-il mal de ses ministres des Finances ? En l'espace de neuf moins, il en a limogé deux, et une secrétaire d'Etat aux Finances. Un record dans la zone CEMAC !

En effet, le ministre tchadien des Finances et du Budget, Christian Georges Diguimbaye, et la secrétaire d'Etat au Budget, Banata Tchalé Sow (aux extrémités de cette photo lors de leur prise de service le 14 février 2017), ont été, sans autre forme de procès, démis de leurs fonctions, selon un décret présidentiel publié, mardi, 21 novembre, soir, sur la télévision publique. Un décret muet à la Idriss Déby Itno.

Aucune raison n'a été avancée pour justifier ce double limogeage qui intervient alors que le Tchad peine à finaliser son projet de budget général de l'Etat pour l'exercice 2018.

Christian Georges Diguimbaye n'est pas le premier argentier tchadien à subir les foudres du « sultan » général du Tchad. En janvier 2017, déjà, l'ancien ministre des Finances du Tchad, Mbogo Ngabo Semi, avait, également, été démis de ses fonctions.

La gestion des finances publiques, par ces temps de pénurie des liquidités en Afrique centrale, étant quelque chose de particulièrement difficile, surtout, avec le clan présidentiel qui refuse de se mettre au régime sec comme le reste de la population, le ministre des Finances devient, facilement, le fusible.

Pour expliquer le limogeage de Christian Georges Diguimbaye et de la secrétaire d'Etat au Budget, Banata Tchalé Sow, le petit peuple croit savoir que le clan présidentiel voulait que le tout puissant TPG, le général, Adama Souleyman, précédemment, suspendu par le ministre pour insubordination, soit réhabilité, ce que refusaient les deux membres du gouvernement, jusqu'à leur limogeage.

Commentaires

Bechir (non vérifié)
Etant communicateur d'un groupe d'investisseur privé , je recherche toute personne qui a un projet de grande portée avec son rapport d'évaluation professionnelle pour l'aider à réaliser son projet avec l'appui de mes investisseurs.Une séance de travail sera organisée à propos du projet avant l'obtention du fond. Merci de me contacter en message privé pour plus d'informations:bechir.stephane@gmail.com .

Ajouter un commentaire

3 + 12 =
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Les plus populaires