TOGO-ALLEMAGNE : Des retrouvailles économiques à Lomé du 3 au 5 avril

Les dirigeants togolais, à l'instar de leur président, Faure Gnassingbé, ne perdent, jamais, leur temps. Ils le mettent, toujours, à profit pour faire quelque chose qui soit bénéfique à leur pays. Etat le plus industrialisé d'Europe, l'Allemagne a fait de cette façon de faire togolaise, sa propre devise, et ce depuis des décennies. Elle n'est pas numéro un en Europe dans les domaines de l'industrie, des exportations, de l'économie et des finances, pour rien. Ses excédents commerciaux battent tous les records au moment où d'autres pays européens (et non des moindres) trinquent.

Il est, donc, normal que l'Allemagne vise de nouveaux marchés. Surtout, en Afrique, le continent qui va tirer la croissance mondiale vers le haut, pendant ce 21e siècle. Berlin n'entend pas laisser l'Afrique à la Chine. Bien que toute seule en Europe, elle organise la contre-offensive. Le Togo qui fut jadis sa colonie, au regard du dynamisme et du volontarisme de ses dirigeants, semble être le pays par lequel cette contre-offensive va s'organiser.

Du 3 au 5 avril, le président du Togo, Faure Gnassingbé, aura, donc, le grand bonheur d'accueillir, sur ses terres, à Lomé, « Le printemps de la coopération » entre le Togo et l'Allemagne. L'objectif est simple : nouer des partenariats dans tous les domaines de la vie nationale avec des entreprises allemandes.

Pour permettre un plus grand rayonnement de ce printemps, le chef de la diplomatie du Togo, le professeur, Robert Dussey, son maître d'ouvrage, fort de ses solides entrées chez les Allemands, a vu grand, en conviant d'autres pays de la sous-région comme le Burkina Faso, le Mali, le Niger, et quelques autres.

Ajouter un commentaire

8 + 10 =
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Les plus populaires