RUSSIE 2018 : La Zone Afrique consacre la suprématie du Nord et de l'Ouest sur le football continental

Sur les cinq équipes qualifiées pour la Zone Afrique (Russie 2018), l'Afrique du Nord se taille la part du lion en alignant trois pays : le Maroc, la Tunisie et l'Egypte. L'Afrique de l'Ouest s'en sort bien avec deux équipes : le Nigeria et le Sénégal. Les pays de l'Afrique centrale, australe et de l'Est, doivent, quant à eux, reprendre le chemin de la réorganisation de leur football, actuellement, en piteux état.

Le Maroc et la Tunisie sont les deux derniers pays à s'être qualifiés, samedi, 11 novembre, pour la Coupe du monde 2018 en Russie en arrachant les deux derniers billets qualificatifs de la Zone Afrique.
Ils rejoignent le Nigeria, l'Egypte et le Sénégal, qui s'étaient, déjà, qualifiés.

Les Marocains disputaient une sorte de "finale" du groupe C en allant défier la Côte d'Ivoire à Abidjan.

L'entraîneur des "Lions de l'Atlas", le Français, Hervé Renard, connaissait, particulièrement, bien, son adversaire du jour puisqu'il a dirigé la sélection ivoirienne par le passé. Et lui a permis de gagner la CAN organisée en Guinée équatoriale en 2015.

Ses joueurs n'ont laissé aucune chance à leurs adversaires en inscrivant deux buts en cinq minutes pour assommer une Côte d'Ivoire brouillonne et inefficace. Dirar ouvrait le score sur un centre que personne ne touchait, surprenant Gbohouo (1-0, 25e).

Et Benatia profitait du laxisme de la défense ivoirienne pour doubler la marque en reprenant, tranquillement, aux six mètres un corner de Boussoufa (2-0, 30e). Le match était plié.
Les Marocains, qui n'avaient plus goûté aux joies d'une Coupe du monde depuis celle organisée en France en 1998, exultaient.

Mais l'atmosphère était en revanche bien lourde dans les tribunes à Abidjan : les Ivoiriens avaient disputé les trois derniers Mondiaux et étaient favoris sur leur terrain. Les joueurs du Belge, Marc Wilmots, ont manqué ce rendez-vous capital : ils n'ont adressé leur premier tir cadré qu'à la... 87e minute.

La Tunisie de son côté a, largement, dominé la Libye mais a dû se contenter d'un petit match nul (0-0), samedi, à Radès, suffisant pour se qualifier.
"Les Aigles de Carthage" restaient sous la menace de la République démocratique du Congo (RDC) et ils n'avaient pas le droit à l'erreur : en cas de résultats défavorables ils pouvaient voir leur rêve s'envoler.

D'autant que la RDC s'est imposée, de son côté 3-1, contre la Guinée : le moindre but libyen aurait été catastrophique pour la Tunisie.
Mais, Mathlouti et ses partenaires ont été assez maîtres de leur sujet et se sont procuré le gros des occasions, butant, régulièrement, sur un Nachnouch excellent dans le but libyen.

Le Maroc et la Tunisie rejoignent dans l'avion pour la Russie le Sénégal, qui s'était qualifié, vendredi, 10 novembre, en allant battre l'Afrique du Sud 2-0, à domicile (notre photo).
Le Nigeria et l'Egypte avaient, déjà, validé leur billet auparavant.

Si le football se porte bien en Afrique du Nord et en Afrique de l'Ouest, il est, à nouveau, malade en Afrique centrale et en Afrique australe, l'Afrique de l'Est n'ayant, jamais, été un grand représentant du football continental contrairement à l'athlétisme où le Kenya, l'Ethiopie et l'Erythrée sont les meilleurs performeurs de l'Afrique avec quelques autres (Maroc, Afrique du Sud, Nigeria, Côte d'Ivoire, etc.).

En Afrique centrale, les responsables du football commencent à faire confiance à des techniciens locaux et ça marche. C'est le cas, par exemple, de la RDC où Florent Ibenge est loin d'avoir démérité. Il est, totalement, compétent pour diriger cette sélection dans le cadre de la CAN 2019 prévue au Cameroun en juin-juillet de cette année.

Au Cameroun, aussi, la tendance devrait aller vers la désignation d'un sélectionneur national comme c'est déjà le cas pour les Lionnes indomptables féminines qui étaient arrivées en finale de la CAN 2016. Cette tendance qui consiste à responsabiliser les sélectionneurs nationaux (cas de Rigobert Song Bahanag qui entraîne les Lions indomptables A') devrait (absolument) se poursuivre, le Cameroun étant un vivier d'anciens et très grands joueurs dont le profil est parfois et souvent de loin supérieur aux techniciens étrangers que la Fédération recrute à grands frais.

Voici les 26 qualifiés de Russie 2018 :

Pays-hôte, qualifié d'office (1) : Russie

AFRIQUE (5) : Nigeria, Egypte, Sénégal, Maroc, Tunisie

AMERIQUE DU SUD (4) : Brésil, Uruguay, Argentine, Colombie

ASIE (4) : Iran, Japon, Corée du Sud, Arabie Saoudite

AMERIQUE DU NORD, CENTRALE ET CARAIBES (3) : Mexique, Costa Rica, Panama

EUROPE (9) : Allemagne, Angleterre, Belgique, Espagne, Pologne, Islande, Serbie, France, Portugal

Les six dernières places à prendre dans les jours qui viennent :

- Aux 4 vainqueurs des barrages européens : Croatie - Grèce, Irlande du Nord - Suisse, Suède - Italie, Danemark - République d'Irlande.

- Aux 2 vainqueurs des barrages intercontinentaux : Pérou - Nouvelle-Zélande et Australie - Honduras.

Ajouter un commentaire

2 + 1 =
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Les plus populaires