TOGO : Hausse sensible du nombre de bacheliers en 2017

Il faut rendre à César ce qui lui revient. Depuis son arrivée à la tête de l'Etat, en 2005, le président, Faure Gnassingbé (notre photo), n'a pas ménagé ses efforts pour trouver des solutions visant à améliorer le fonctionnement du système éducatif national. Force est de constater qu'il y est parvenu. Les résultats du baccalauréat le montrent.

En effet, sur les 67.662 candidats toutes séries confondues, qui ont pris part aux épreuves du baccalauréat en 2017, 42.582 ont été déclarés admis, soit, un taux de 62,93%. Ces résultats sont catastrophiques ailleurs même si le baccalauréat n'est pas uniforme en Afrique, et que les niveaux scolaires ne sont pas non plus homogènes. A titre de comparaison, 5,74% des candidats ont été admis en Centrafrique au premier tour avant les épreuves de rattrapage, 14,81% au Gabon, 27,66% au Congo-Brazzaville, 46% au Cameroun... Ces résultats montrent les efforts réalisés par le gouvernement togolais pour donner une meilleure qualité de l'enseignement aux élèves d'année en année.

Ce taux de réussite était de 44,38% en 2016, et seulement, de 14% en 1994, à cause, des perturbations politiques post-conférence nationale qui affectaient, encore, les milieux scolaires et universitaires. Toutes choses qui ne relèvent que d'un fâcheux souvenir, le pays étant, résolument, tourné vers l'avenir.

Ajouter un commentaire

2 + 1 =
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Les plus populaires