ACCORD IRANIEN : Après le retrait de Trump, Poutine conduit la riposte des Pro-Accord

Donald Trump veut détruire tout ce que son prédécesseur, Barack Obama, a fait en tant que chef de la Maison Blanche : l'Obama Care et l'Accord Climat obtenu à la COP 21, à Paris, sont, déjà, passés à la trappe. Cette fois, c'est l'Accord iranien qui voit le retrait des Etats-Unis au grand dam de tous les autres signataires européens, russe et chinois. Ne voyant que les seuls intérêts de son électorat conservateur, le président américain s'est mis à dos tous ses alliés, à commencer par le plus fidèle d'entre eux, le Français, Emmanuel Macron. A Paris, Berlin et Londres, on n'est pas prêts à se laisser dicter sa politique extérieure par Washington. Emmanuel Macron est en train de prendre la tête de la rébellion, au nom du refus de la vassalisation économique de l'Europe par les Etats-Unis. Le président russe s'organise, aussi, de son côté.

Vladimir Poutine multipliait, vendredi, 11 mai, les contacts, s'entretenant avec la chancelière allemande, Angela Merkel, après le président turc, Recep Tayyip Erdogan, alors que Moscou se trouve au centre du jeu pour tenter de sauver l'accord sur le nucléaire iranien après le retrait des Etats-Unis.

Lors d'un appel téléphonique, le président russe et la chancelière allemande Angela Merkel "ont discuté de la situation liée au Plan d'action conjoint (l'accord sur le programme nucléaire iranien, ndlr) à la suite du retrait unilatéral américain", a indiqué le Kremlin dans un communiqué.

Ils "ont souligné l'importance essentielle du maintien du Plan d'action conjoint pour la sécurité internationale et régionale", a-t-il ajouté alors que Mme Merkel (sur notre photo contrariée par l'allié américain) est attendue le 18 mai, à Sotchi, dans le Sud de la Russie, pour une rencontre avec Vladimir Poutine.

Jeudi soir, le Kremlin a indiqué que M. Poutine et son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, avaient, également, "confirmé leur détermination" à continuer à coopérer pour maintenir l'accord avec les autres pays signataires de l'accord, selon le Kremlin.

Selon des sources présidentielles turques, MM. Erdogan et Poutine "ont convenu que la décision américaine au sujet de l'accord nucléaire était erronée et souligné que cet accord constituait un succès diplomatique qui doit être préservé".

La Russie s'est imposée, ces dernières années, comme un acteur majeur au Proche-Orient, un rôle renforcé par son intervention militaire en Syrie lancée en 2015 en soutien à Bachar al-Assad. Elle entretient de bons rapports avec des pays aux intérêts divergents et, parfois, rivaux, de l'Iran à la Turquie en passant par Israël.

Elle se situe, de nouveau, au centre du jeu depuis la décision de Donald Trump de se retirer de l'accord, dont elle avait contribué à la signature en 2015.

Cette annonce fait de la préservation de l'accord un objectif commun à Moscou et aux Européens, événement rare vu les tensions de ces dernières années, alimentées par les dossiers syrien et ukrainien et récemment renforcées par l'empoisonnement de l'ex-espion Sergueï Skripal en Angleterre.

Lundi, 14 mai, Moscou sera la deuxième étape d'une tournée du chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, après Pékin, dimanche, 13 ai, et avant Bruxelles, mardi, 15 ai, où il rencontrera ses homologues français, allemand et britannique et Federica Mogherini, chef de la diplomatie de l'Union européenne.

Lors d'une rencontre, jeudi, 10 mai, à Téhéran, le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov et son homologue iranien, Abbas Araghchi, ont souligné leur "attachement à la sauvegarde de l'accord" signé en 2015, selon Moscou.

L'accord a été conclu, en juillet 2015, après des années d'âpres négociations entre l'Iran et le groupe 5+1 (Allemagne, Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni et Russie). Aux termes de l'accord, Téhéran a accepté de geler son programme nucléaire jusqu'en 2025.

Longtemps antagonistes, la Russie et l'Iran ont vu leurs relations s'améliorer avec la fin de la Guerre froide. Alors que Téhéran était au ban des nations, Moscou a accepté de reprendre au milieu de la décennie 1990, le contrat de construction de la centrale nucléaire de Bouchehr (Sud de l'Iran), abandonné par l'Allemagne.

Mercredi, Vladimir Poutine s'était dit "profondément inquiet" du retrait américain de cet accord, annoncé par le président américain, Donald Trump, mardi, en dépit des appels de nombre de ses alliés.

Donald Trump a, également, annoncé le rétablissement des sanctions contre la République islamique qui avaient été levées en contrepartie de l'engagement pris par l'Iran de ne pas se doter de l'arme nucléaire.

Avec AFP

Ajouter un commentaire

Les plus populaires