AFRIQUE EDUCATION : Le numéro 450 vous attend chez les marchands de journaux

« Afrique : Ces présidents morts au pouvoir », telle est la Une du numéro 450 d'Afrique Education que vous trouverez chez les marchands de journaux, tout au long de ce mois de mars. Omar Bongo Ondimba (Gabon 1967-2009), Gnassingbé Eyadèma (Togo 1967-2005), Félix Houphouët-Boigny (Côte d'Ivoire 1960-1993), Mu'ammar al Kadhafi (Libye 1969-2011), Thomas Sankara (Burkina Faso 1983-1987), Laurent Désiré Kabila (RDCongo 1997-2001), Juvénal Habyarimana (Rwanda 1973-1994), Houari Boumedienne (Algérie 1962-1978), Marien Ngouabi (Congo-Brazzaville 1969-1977), Lansana Conté (Guinée 1984-2008), Ibrahim Baré Maïnassara (Niger 1996-1999), sont quelques-uns parmi la quarantaine des chefs d'Etat morts au pouvoir, à figurer sur la couverture de ce numéro. L'Afrique détient le record des présidents morts étant présidents de la République, une situation qui a, souvent, plongé les pays concernés dans un interminable deuil.

Toujours dans le numéro 450 d'Afrique Education, « France-Afrique : La colonisation 'un crime contre l'humanité' » ? Candidat à l'élection présidentielle, Emmanuel Macron a eu le mérite et le courage d'aborder, à Alger, en février, ce sujet qui a, toujours, fâché les hommes politiques français. Dans un éditorial sans concession, le double discours des hommes politiques ou dirigeants français sur cette question selon qu'ils sont en Afrique ou devant leurs compatriotes en France, est, vivement, dénoncé. Un barbarisme non soldé qui a, d'ores et déjà, des répercussions, en France, notamment, dans les banlieues : « Tôt ou tard, la France sera accusée de 'crime contre l'humanité' pour avoir laissé une partie de sa population (dans les banlieues) à elle-même, juste parce qu'elle vient d'ailleurs. Des anciens pays colonisés », avertit, sans concession, l'éditorialiste du magazine, qui invite les candidats à l'élection présidentielle française à ne pas négliger ce problème.

Le président de l'Université de Paris 1, le professeur Georges Haddad, a, de son côté, accordé une interview à Afrique Education. Parlant du secteur de l'éducation et de la formation, il affirme que « L'avenir de l'Afrique dépend des Africains » eux-mêmes. Tout simplement. Une vérité de La Palice. Tellement, elle est vraie.

« Cemac : Comment le Gabon a accédé à la présidence » de l'organisation à travers son candidat, le professeur, Daniel Ona Ondo. Une promotion qui a failli ne jamais arriver. Le président du Gabon, Bongo Ondimba Ali, la voulait, pourtant, pour son ancien premier ministre alors que le titulaire du poste depuis cinq ans, le Congolais, Pierre Moussa, fortement, soutenu par son président, Denis Sassou Nguesso, voulait se donner un autre mandat de cinq ans. Le président gabonais, en définitive, a eu gain de cause.

A lire aussi beaucoup d'autres articles sur l'actualité, la politique, l'économie, l'éducation, les arts et lettres, les sciences et médecine, sans oublier, ceux classés dans la rubrique « Top Secret ».

Ajouter un commentaire

1 + 14 =
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Les plus populaires