ANGOLA : Deux chaînes de télévision portugaises critiques contre le régime interdites d'émettre

Ces deux chaînes, SIC Noticias et SIC International, "ne font plus partie du bouquet diffusé par la ZAP à la suite d'un changement de la grille de diffusion des programmes", a indiqué un représentant de ZAP, Antonio Miguel.

En novembre dernier, la chaîne SIC avait fait des vagues dans les rangs du pouvoir angolais en diffusant un reportage dénonçant la corruption du régime dos Santos intitulé sans détour : "Angola, un pays riche de 20 millions de pauvres".

Au début du mois, le même média a diffusé une autre enquête mettant en cause le chef de l’Etat angolais dans l'un des nombreux versants du scandale financier qui a provoqué la faillite de l'empire bancaire portugais, Espirito Santo, en 2014.

L'opposition a dénoncé la décision de ZAP de retirer les deux chaînes portugaises de son bouquet comme une censure.

"Nous commençons à ressembler aux Nord-Coréens. Nous ne consommons que ce que le régime choisit", a, par exemple, déploré, Graça Campos, journaliste professionnelle.
En service depuis 2010, ZAP est le plus grand opérateur de télévision par satellite d'Angola.

Il est la propriété d'Isabel dos Santos, la fille du chef de l’Etat présentée comme la femme la plus riche d’Afrique, par ailleurs, patronne de la compagnie pétrolière nationale, Sonangol.

Au pouvoir depuis 1979, José Eduardo dos Santos est critiqué par ses adversaires pour avoir mis l’Etat et l'économie en coupe réglée, notamment, en offrant à sa famille et à ses proches, la direction de nombreuses entreprises. Sans aucune contrainte venant de nulle part, il a décidé de quitter le pouvoir, après les élections législatives de cette année, pour laisser la place Joao Lourenço, actuel ministre de la Défense et vice président du parti au pouvoir, le MPLA.

Ajouter un commentaire

20 + 0 =
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Les plus populaires