CAMEROUN : 34 « disparus » suite au naufrage du « Mudemba ». Une enquête est ouverte

Dans un communiqué publié, tard dans la nuit d'hier, le ministre camerounais de la Défense, Joseph Beti Assomo, indique que l'évolution du navire qui se rendait pour ravitaillement à Bakassi, était suivie par un système de « tracking ». C'est celui-ci qui a permis le déclenchement de l'alerte, donnant lieu au décollage des moyens aériens et maritimes pour circonscrire le lieu du drame. Ce lieu a été identifié grâce au carburant qui flottait sur l'eau, ce qui a, d'ailleurs, permis de sauver trois personnes, tandis que les recherches de 34 autres, se poursuivent, activement.

Le chef de l'Etat, Paul Biya, a prescrit une enquête pour faire la lumière sur cette tragédie. Présidée par le secrétaire d'Etat à la Gendarmerie, Jean-Baptiste Bokam, cette commission d'enquête a été, immédiatement, mise en place au ministère de la Défense et opère, simultanément, à Yaoundé et à Limbé, la cité balnéaire de la province du Sud-Ouest, qui abrite la base du BIR (Bataillon d'intervention rapide).

On rappelle que c'est cette unité de l'armée camerounaise qui avait permis de mettre hors d'état de nuire, les redoutables pirates nigérians du MEND et autres, qui sévissaient dans toute cette zone, du Nigeria jusqu'au large de la Guinée équatoriale, en passant par le Cameroun, tenant tout ou presque, en respect. Il a fallu l'envoi du BIR pour mettre tout le monde d'accord. Depuis au moins six ans, les pays côtiers concernés ont oublié ce phénomène de pirates de mers qui mettaient à mal leurs économies.

Unité de l'armée camerounaise, particulièrement, populaire (championne à l'applaudimètre pendant le défilé du 20 mai à Yaoundé), le BIR a réussi à tenir la secte Boko Haram en respect, l'empêchant de prendre possession d'un seul cm² du territoire camerounais depuis que cette secte fait la pluie et le beau temps au Nord-Est du Nigeria et rêve de créer un califat, pour y régner comme en Irak et en Syrie.

Ajouter un commentaire

11 + 1 =
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Les plus populaires