CAN 2019 : « Le Cameroun sera prêt », s'engage le président Paul Biya

Un conseil au (nouveau) président de la CAF, le Malgache, Ahmad Ahmad : qu'il se donne quelques jours, sur son agenda, pour parcourir les quatre coins du Cameroun, du Nord au Sud, de l'Est à l'Ouest, pour avoir des idées (à peu près) fixes sur ce pays de 25 millions d'habitants, que composent les quelque 300 ethnies dont les langues de travail sont le français et l'anglais. Il apprendra, ainsi, à connaître le dynamisme et la détermination d'un peuple qui a, déjà, mis dans son escarcelle, 5 CAN masculines, un titre de champion olympique en 2000 et une place de quart de finale à la coupe du monde 1990. Ce n'est pas très indiqué, pour le président de la CAF, de connaître un pays qui affiche un tel palmarès, rien que par quelques coupures de presse, mal sélectionnées.

"Le Cameroun sera prêt le jour dit (celui de la CAN 2019, ndlr). J'en prends l'engagement", a, donc, affirmé Paul Biya, le chef de l'Etat, jeudi, 10 août, lors de la réception au Palais présidentiel, à Yaoundé, des athlètes camerounais ayant pris part aux 8e Jeux de la Francophonie, qui se sont tenus du 21 au 30 juillet à Abidjan, en Côte d'Ivoire (notre photo).

Cette déclaration intervient en pleine polémique sur la capacité du Cameroun à organiser la CAN 2019.

Samedi, 5 août, le président de la CAF, le Malgache, Ahmad Ahmad, avait indiqué que des experts, mais aussi, un cabinet d'audit spécialisé allaient effectuer une visite d'inspection. Ils seront chargés d'évaluer "si nous pouvons organiser cette CAN au Cameroun". Le président,Ahmad Ahmad, avait ajouté, toujours, à Ouagadougou, où il a tenu ses propos, que « Le Cameroun n'était même pas prêt pour une CAN à quatre équipes », une véritable insulte pour un pays qui, en novembre 2016, avait, merveilleusement, organisé la CAN féminine (huit équipes) sur les sites de Yaoundé (partie francophone) et Limbe (partie anglophone). Il sera, d'ailleurs, (très) difficile pour les prochains organisateurs de la CAN féminine d'atteindre le même niveau d'organisation.

Outre les réactions des ministres des Sports, Pierre Ismaël Bidoung Mpkwat, de la Communication porte-parole du gouvernement, Issa Tchiroma Bakary, et du président de la Fédération camerounaise de football, Tombi à Roko, c'est Issa Hayatou, en personne, prédécesseur d'Ahmad Ahmad, qui est sorti de la réserve qu'il observait depuis son départ de la CAF : « Le Cameroun compte, actuellement, 5 stades déjà disponibles dont trois à l'état neuf capables d'accueillir les 24 équipes de la CAN 2019 ».

Pour se faire sa propre religion, il est, hautement, souhaitable que le président, Ahmad Ahmad, lui-même, se rende au Cameroun pour toucher du doigt les réalités de ce pays qu'il n'a, jamais, visité et qui est considéré comme une « Afrique en miniature ».

Ajouter un commentaire

5 + 1 =
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Les plus populaires