CENTRAFRIQUE : Christelle Sappot nouvel ambassadeur en Guinée équatoriale

C'est une chance de bénéficier d'une telle reconversion, après avoir vécu, pratiquement, chaque semaine, une crise, aux côtés de la présidente de la transition, Catherine Samba-Panza, auprès de qui, Christelle Sappot assurait les fonctions de ministre chef de cabinet. Après la fin de la transition, le 31 mars 2016, elle va entreprendre les démarches auprès du nouveau pouvoir issu des élections du 14 février (futur chef de l'Etat et son ministre des Affaires étrangères), afin de regagner, rapidement, sa nouvelle affectation.

La Guinée équatoriale est un excellent point de chute à plus d'un titre : il y a d'abord qu'en Afrique centrale, le président, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, doyen des chefs d'Etat de la sous-région et de tout le continent, est celui qui aura montré le plus de sollicitude (véritable) et le plus d'attention, pour trouver des solutions aux nombreux problèmes auxquels faisait face la présidente centrafricaine. Pédagogue quand il prend son interlocuteur en estime, panafricaniste tel qu'il n'en existe plus sur le continent depuis le décès du Frère Guide, le président de la Guinée équatoriale est l'un des rares qui sache, encore, mettre la main dans la poche, pour aider un frère, une sœur, un fils, une fille, en difficulté, quand il est convaincu de l'amour qu'il porte pour le continent.

C'est pour dire que Christelle arrive en lieu sûr où on lui facilitera la tâche quand elle voudra se lancer dans la consolidation des relations, dans tous les domaines, entre la Guinée équatoriale et le Centrafrique. Au jour d'aujourd'hui, la coopération économique entre les deux pays est dérisoire. Bien que les deux Etats appartiennent à la CEMAC, et à la CEEAC, ainsi qu'à leurs démembrements, leur coopération est beaucoup formelle que réelle. A combien s'élèvent les échanges entre les deux pays dans le domaine de l'agriculture, de l'élevage, de la pêche, des services, de la culture alors que les deux pays, sont membres du Ciciba (Centre internationale des civilisations bantou) implanté à Libreville, au Gabon ? Tout est à mettre en place.

Voilà, très vite dit, le travail qui attend le nouveau et très jeune ambassadeur que le Centrafrique va, bientôt, envoyer dans le pays le plus prospère de la CEMAC.

Ajouter un commentaire

Les plus populaires