Centrafrique : L'ONU demande à Faustin Archange Touadéra de faire de (vrais) efforts

Le président de la République centrafricaine (RCA), Faustin Archange Touadéra, et le secrétaire général-adjoint aux opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, ont plaidé, jeudi,16 mars, devant le Conseil de sécurité, pour un soutien politique important et le maintien d'une présence «robuste » de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations-Unies pour la stabilisation en Centrafrique (MINUSCA) afin de consolider les acquis tangibles enregistrés au cours de l'année écoulée dans le pays.

Mais, si le délégué de la France au Conseil de sécurité va proposer, dans les prochains jours, une déclaration présidentielle réaffirmant le soutien du Conseil de sécurité des Nations-Unies à la RCA, beaucoup reste à faire et les Nations-Unies ont demandé au président, Faustin Archange Touadéra, de faire plus.

M. Touadéra s'est, à ce propos, félicité de la décision du Front populaire pour la renaissance du Centrafrique (FPRC) et de la faction antibalaka dirigée par Maxime Mokom, de rejoindre le processus de Désarmement, de démobilisation, de réintégration et de rapatriement (DDRR).

Mais, s'il a salué cette avancée, Hervé Ladsous a tenu à rappeler qu'un désarmement fructueux exigeait l'adhésion de tous les groupes armés et la mise en place d'un accord élargi répondant aux doléances des groupes armés et de la population. Autrement dit, le pouvoir de Bangui ne doit pas se contenter d'un DDRR avec certains groupes armés, mais, avec tous les groupes armés. C'est loin d'être le cas et personne ne sait, exactement, ce que compte faire Faustin Archange Touadéra, à ce sujet. A cette équation à plusieurs inconnues, s'ajoute une autre difficulté de taille : la question de l'amnistie dont le président a rappelé qu'elle ne relevait pas de l'exécutif ; elle pourrait devenir, rapidement, une pierre d'achoppement sérieuse.

Des efforts « éminemment politiques » sont nécessaires, a affirmé le secrétaire général-adjoint. Hervé Ladsous a, par ailleurs, averti que les soldats de la MINUSCA, qui viennent de jouer un rôle crucial dans le retour de la sécurité à Bambari, ne seront pas capables d'assurer la sécurité par la force sur un territoire grand comme la France. Après avoir fait une année pleine au Palais de la Renaissance, le président centrafricain devrait, logiquement, être en mesure de trouver une solution adéquate à ce problème. On n'en prend pas le chemin. D'où la pression des Nations-Unies où on pense qu'au rythme actuel où vont les choses, le président pourrait, facilement, finir son mandat sans qu'il ait trouvé la solution à la question du désarmement. Qu'en pense le président Touadéra lui-même ?

S'agissant du soutien demandé, il a souligné la nécessité « d'un nombre élevé de forces de défense et de sécurité formées, dotées de moyens adéquats et mobilisées sur le terrain aux côtés des forces des Nations-Unies qui agissent pour l'instant seules ».

Il s'est, aussi, dit préoccupé par la lenteur de la formation assurée par la mission militaire de formation PSDC de l'Union européenne en République centrafricaine (EUTM RCA) aux forces de sécurité nationales. Et si l'EUTM RCA avait, volontairement, adopté ce rythme copiant, tout simplement, la lenteur du pouvoir ?

Conclusion : C'est au président centrafricain et à son gouvernement de donner le tempo aux différentes réformes à mettre en œuvre et non aux Nations-Unies et autres Union européenne et Union africaine, de faire à la place des Centrafricains. Le problème étant grave car signant l'échec de la première année du mandat de Faustin Archange Touadéra, il est souhaitable que l'opposition ne prenne pas cette situation pour du pain béni, pour critiquer le pouvoir de façon stérile. Car l'heure commence à être grave en Centrafrique à force de faire du surplace.

Commentaires

kimpéné ya Congo (non vérifié)
Il est le Temps des Jeunes Présidents Noirs Africains, tel est le cas du Jeune Président Touadéra qui devait être encouragé , par son Peuple et par le respect de la Démocratie qui ne s'applique pas assez dans ces pays noirs Africains. Courage Mr le Président Touadéra sans donner des fausses Promesses mais allez réelle dans la vérité et vous réussirez votre Politique de Redressement de la RCA !!

Ajouter un commentaire

4 + 12 =
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Les plus populaires