CENTRAFRIQUE : Pari de vote gagnant sans coup de feu sur tout le territoire

C'est un exploit que la présidentielle et les législatives se déroulent, sur l'ensemble du territoire, dans la joie et la paix, sans un seul coup de feu. Est-ce l'effet de la visite du pape François, ou bien les Centrafricains entendent-ils, enfin, prendre leur destin en main, pour ne compter, à l'avenir, avant et d'abord, que sur leurs propres forces ? Dans tous les cas, les observateurs en sont, agréablement, étonnés.

Depuis ce mercredi, matin, les Centrafricains votent avec ferveur et calme. Comme si le pays ne sortait pas d'une très longue crise qui l'a mis, complètement, par terre.

A Bangui, dans de nombreux bureaux de vote, les opérations se poursuivaient au-delà de 16H00 (15H00 GMT), qui est l'heure prévue pour la clôture des scrutins. En Centrafrique, en effet, le vote commence tôt (6 h GMT) et finit tôt (15 h GMT), à cause des problèmes d'électricité. Dans le noir, la fraude pourrait prospérer. Du coup, on arrête tout suffisamment tôt, quand il y a le soleil. Sauf décision contraire de l'ANE.

Pour le référendum, beaucoup de résultats avaient été écartés en raison de mauvaises procédures de validation de votes.

Mercredi, l'Autorité nationale des élections (ANE) a relevé "des erreurs matérielles sur des bulletins de vote dans plusieurs circonscriptions électorales", à Bangui comme en province.

"Dans certaines localités, les bulletins de vote pour les élections législatives, ne sont pas parvenus dans les bureaux", a indiqué un communiqué de l'ANE, selon laquelle cela entraînerait, vraisemblablement, un certain nombre d'"élections partielles", une fois tous les problèmes recensés.

Le premier ministre, Mahamat Kamoun, a voté, à 6h30 GMT, à la mairie de Bangui, suivi, dans la matinée, à l'école Colombe, dans le 7e arrondissement, par la présidente, Catherine Samba Panza. Cette dernière a félicité l'ANE, les forces internationales qui sécurisent le vote ainsi que les observateurs, de la façon dont le processus se déroulait. Elle peut pousser un Ouf de soulagement. Son pari est gagné.

Le décompte a, déjà, commencé et dans les heures qui suivent, on ne tardera pas à avoir les premières tendances dans la mesure où les résultats sont communiqués au fur et à mesure de leur possession afin de minimiser les risques de fraude.

Ajouter un commentaire

Les plus populaires