CONGO-BRAZZAVILLE : Le dictateur sait dépenser sans compter pour son image

Depuis que le Sommet de fin décembre 2016, à Yaoundé, entre les pays de la CEMAC, la France et le FMI, avait débouché sur la non-dévaluation du F CFA, mais encouragé chaque pays membre à se rapprocher du FMI pour signer un programme de redressement, seul le Congo-Brazzaville est en (bien) mauvaise posture. Si la Guinée équatoriale, pour des raisons idéologiques et d'indépendance nationale, a préféré trouver d'autres moyens internes pour maintenir son autonomie et ses marges de manœuvre en ne signant pas, le Congo-Brazzaville, lui, peine à conclure un programme avec le FMI, comme l'ont, déjà, fait le Tchad, le Gabon, le Centrafrique et le Cameroun. Après lui avoir présenté un endettement public de 77% par rapport au PIB, en septembre, le Congo-Brazzaville a dû reconnaître, trois mois plus tard, un peu honteusement, qu'il avait occulté certaines créances pour ne pas aggraver la dureté du programme qui allait en découler. C'est ainsi que, dans un deuxième temps, sa dette publique est montée à 122% du PIB, son niveau actuel. Mais il faut préciser que ce niveau (déjà anormalement élevé) ne tient pas compte de la dette contractée auprès des créanciers privés (Glencor, Trafigura, Total, etc.). Quand on l'ajoute, elle s'élève à plus ou moins 200% du PIB. Un niveau qui fait froid au dos, même à Paris, d'où l'extrême prudence du FMI à signer avec les autorités d'un pays qui sont devenues expertes en dissimulation des créances. La visite du ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire, cette fin de semaine, à Brazzaville, où il va présider une réunion sur la zone franc, permettra-t-elle à Denis Sassou-Nguesso d'obtenir, enfin, la caution de Paris, et passer à l'étape de la signature d'un programme ?

Alors que la logique veut qu'il se concentre sur les questions intérieures, du reste très graves, dans la mesure où, depuis octobre, il peine à payer, régulièrement, les salaires, Denis Sassou-Nguesso va organiser deux grandes réunions budgétivores, à Brazzaville, ce mois d'avril. Son trésor, une fois de plus, va souffrir alors qu'il est loin d'être fourni.

Cette fin de semaine, en effet, ce sont les ministres de l'Economie et des Finances, membres de la zone franc, qui se retrouvent, à Brazzaville, dans le cadre de leur session ordinaire, autour du ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire. Le Congo-Brazzaville n'est, certainement, pas le lieu recommandé où une telle réunion devrait se tenir car ce pays est champion toutes catégories de la (très) mauvaise gouvernance. Mais, il a la chance d'avoir un président (activiste) qui ne rechigne pas à la dépense dès lors que celle-ci profite à son image. Le m'as-tu vu des Congolais ? On en sait quelque chose !

Ce n'est pas tout. Le 25 avril prochain, Denis Sassou-Nguesso va accueillir, pour un autre Sommet, à Brazzaville, ses homologues pour parler de la forêt du Bassin du Congo. Dans le cadre du Fonds Bleu. Un sujet ...importantissime pour la survie d'une race (congolaise) sans salaire pour une catégorie d'entre elle depuis de très longs mois. Pour permettre le succès de cette réunion dont dépend la survie de l'humanité, le dictateur a dépêché son ministre des Affaires étrangères, Jean Claude Gakosso, pour remettre des lettres d'invitation aux différents chefs d'Etat. Jean Claude Gakosso avec l'avion mis à sa disposition pour faire le tour de l'Afrique centrale, est aux anges. Pour mettre les petits plats dans les grands, le dictateur a convié à ce Sommet, comme invité spécial, le roi du Maroc, Mohammed VI (notre photo lors de la participation du dictateur au Sommet de Marrakech 2016).

L'opposition évalue les dépenses somptuaires de ces deux réunions à une demie dizaine de milliards de F CFA, une somme d'argent qui aurait, sans doute, pu aider au paiement des étudiants boursiers congolais à Cuba dont la plupart demande à revenir au Congo car n'arrivant plus à percevoir leur pécule dans le pays des Castro où il n'existe pas de petits boulots pour étudiants. Ils ne sont pas seuls. Ceux du Maroc, d'Afrique du Sud, etc. sont dans la même situation. Au Gabon, par exemple, les étudiants congolais de l'IAI (Institut africain d'informatique) ont, carrément, été renvoyés, chez eux, au Congo à cause de la dette que traîne leur pays dans cette institution.

Les retraités, les employés des mairies, des hôpitaux, de l'Université Marien Ngouabi, des entreprises publiques, etc. ne perçoivent plus leur salaire depuis plusieurs mois. Les efforts du gouvernement, en matière salariale, sont, uniquement, concentrés sur les forces de l'ordre et de sécurité (militaires, gendarmes, policiers), les magistrats et le gros de la fonction publique centrale, qui est capable de paralyser le fonctionnement de l'administration. Quand ces derniers sont payés (avec retard comme ces derniers jours), Denis Sassou-Nguesso respire avec soulagement. Et plie un doigt pour que son programme avec le FMI soit signé avant la prochaine échéance salariale.

Ainsi va la vie dans le pays du grand « bâtisseur infatigable » qui a réussi la (rarissime) performance de plier l'économie de son pays jusqu'à la faillite alors qu'en 2013, le Congo-Brazzaville affichait des surplus financiers (non utilisés) de près de 4.000 milliards de F CFA. Une situation que jalousaient même d'autres pays de la CEMAC.

Commentaires

Ku Ibiti (non vérifié)
Cet homme est vraiment un scandale!
NKOUMASSY (non vérifié)
Sassou est vraiment fou, cela fait 40 ans qu'il est au pouvoir , il n'a jamais créer les conditions pour que toute la nation on profite , c'est un tribaliste , il n'aime que sa famille. A son âge,il ne change pas , il ne rend pas compte qu'il dirige un pays,il est toujours dans le clanisme , il n'a pas un brun d'humanité dans son cœur c'est un vrai idiot du village .Et pourtant il est fatigué ,mais il veut pas laissé le pouvoir comme son ami DO SANTOS . Parceque il a fait tuer beaucoup des gens c'est son seul remord. Après on nous qu'il est Franc-Maçon mon œil .donc il ne connait pas la Franc-Maçonnerie , c'est vraiment un fou.
NKOUMASSY (non vérifié)
Sassou est vraiment fou, cela fait 40 ans qu'il est au pouvoir , il n'a jamais créer les conditions pour que toute la nation on profite , c'est un tribaliste , il n'aime que sa famille. A son âge,il ne change pas , il ne rend pas compte qu'il dirige un pays,il est toujours dans le clanisme , il n'a pas un brun d'humanité dans son cœur c'est un vrai idiot du village .Et pourtant il est fatigué ,mais il veut pas laissé le pouvoir comme son ami DO SANTOS . Parceque il a fait tuer beaucoup des gens c'est son seul remord. Après on nous qu'il est Franc-Maçon mon œil .donc il ne connait pas la Franc-Maçonnerie , c'est vraiment un fou.
NKOUMASSY (non vérifié)
Sassou est vraiment fou, cela fait 40 ans qu'il est au pouvoir , il n'a jamais créer les conditions pour que toute la nation on profite , c'est un tribaliste , il n'aime que sa famille. A son âge,il ne change pas , il ne rend pas compte qu'il dirige un pays,il est toujours dans le clanisme , il n'a pas un brun d'humanité dans son cœur c'est un vrai idiot du village .Et pourtant il est fatigué ,mais il veut pas laissé le pouvoir comme son ami DO SANTOS . Parceque il a fait tuer beaucoup des gens c'est son seul remord. Après on nous qu'il est Franc-Maçon mon œil .donc il ne connait pas la Franc-Maçonnerie , c'est vraiment un fou.
Visiteur (non vérifié)
Ça ne me regarde pas
Ku Ibiti (non vérifié)
Comme il fallait s'y attendre il est arrivé à se faire "accepter" par le FMI...Les malheurs des Congolais lambda ne font que commencer...

Ajouter un commentaire

17 + 3 =
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Les plus populaires