COREE DU NORD : Les menaces à peine voilée du leader « bien aimé ».

Le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un, a appelé, lundi, 1er janvier, la Corée du Nord, à produire en masse, têtes nucléaires et missiles balistiques, dans un message du Nouvel An qui montre sa détermination à réaliser ses ambitions militaires envers et contre tout. Un peu dépassé par le jeune leader « bien aimé », le tout puissant hyper-président, Donald Trump, ne sait plus à quel saint se vouer. La terre entière attend son tweet, qui tarde à venir, malgré la gravité de la menace.

Pyongyang a, considérablement, intensifié ses efforts au cours de l'année écoulée pour dérouler ses programmes nucléaire et balistique interdits malgré de multiples sanctions de l'ONU et la rhétorique, de plus en plus, belliqueuse émanant de Washington.

Le leader « bien aimé », Kim Jong-un (sur notre photo avec son épouse qui venait de mettre au monde leur troisième enfant), qui a assuré avoir, en permanence, sur son bureau, le bouton de l'arme atomique, a présidé, en septembre, au sixième test nucléaire nord-coréen, le plus puissant à ce jour. 

Il a, également, supervisé, pendant l'année, plusieurs essais de missiles intercontinentaux (ICBM), assurant que le Nord était capable de frapper le territoire continental américain et était devenu un Etat nucléaire à part entière.

"Nous devons produire en masse des têtes nucléaires et des missiles et accélérer leur déploiement", a déclaré le jeune leader, dans son allocution annuelle à la nation, répétant que le Nord avait atteint son but, à savoir, accéder au statut d'Etat nucléaire.

Le président américain, Donald Trump, a riposté aux opérations militaires nord-coréennes en alliant les menaces - il s'est engagé à la tribune de l'ONU à "détruire totalement" la Corée du Nord en cas d'attaque lancée par Pyongyang - et les insultes à l'endroit de Kim Jong-un, qualifié de "petit homme-fusée".

"Pourquoi Kim Jong-un m'insulterait-il en me traitant de +vieux+ alors que je ne le traiterai JAMAIS de +petit gros+?", avait même assené M. Trump sur Twitter.

Pour certains experts, cette surenchère dans l'injure et l'outrance pourrait avoir eu l'effet inverse de celui escompté, en encourageant Pyongyang dans sa fuite en avant. D'autant que le Nord justifie ses ambitions nucléaires par la menace américaine. Conclusion : Trump n'est-il pas le meilleur allié (le complice idéal) de Kim ? Beaucoup le pensent, et pas seulement en Chine et en Russie.

La Corée du Nord "peut affronter n'importe quelle menace nucléaire des Etats-Unis, elle dispose d'une (force de) dissuasion forte qui est capable d'empêcher les Etats-Unis de jouer avec le feu", a lancé le jeune leader « bien aimé ».

"Le bouton nucléaire est toujours sur mon bureau. Les Etats-Unis doivent prendre conscience que ce n'est pas du chantage mais la réalité", a-t-il averti. Trump, dans sa superpuissance, n'a qu'à bien se tenir avec ses tweets...

Commentaires

MAGA (non vérifié)
Comme toujours Afrique Éducation raconte toujours des betises lorsqu’il s’agit de parler des USA

Ajouter un commentaire

1 + 7 =
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Les plus populaires