COTE D'IVOIRE : Guillaume Soro crée son mouvement politique. Objectif : La présidentielle de 2020

Des partisans de Guillaume Soro, homme-clé de la scène politique ivoirienne et probable candidat à la prochaine présidentielle, ont annoncé, ce jeudi, 10 août, la naissance d'un nouveau mouvement, l'Amicale des Forces Nouvelles (AFN).

Les Forces Nouvelles sont l'ancienne rébellion dirigée par Guillaume Soro, aujourd'hui, président de l'Assemblée nationale, lors de la décennie de crise, qui a déchiré la Côte d'Ivoire entre 2002 et 2011.

Ancien premier ministre (2007-2012), Guillaume Soro ne dispose pas d'un parti politique. Il est (officiellement) membre du Rassemblement des Républicains (RDR), le parti du président Alassane Ouattara. Mais, Soro commence à se sentir bien à l'étroit au sein de ce parti, d'autant plus que pour la présidentielle de 2020, le RDR ne soutiendra pas sa candidature : bien que du Nord, il est, plutôt, chrétien et n'a pas le meilleur profil.
Mais, le secrétaire général de cette nouvelle Amicale des Forces Nouvelles, Félicien Sekongo, qui essaie de cacher ce qui est au grand jour, a récusé toute ambition de transformer l'AFN en parti politique, lors de la conférence de presse annonçant sa naissance à Abidjan.

"La naissance de l'AFN n'est pas liée à 2020", année de la prochaine élection présidentielle, a déclaré M. Sekongo, qui était un porte-parole politique des Forces Nouvelles en 2009-2010. Très peu d'Ivoiriens le croient quand on examine la situation politique actuelle.

On se demande, d'ailleurs, pourquoi Guillaume Soro (sur notre photo avec Henri Konan Bédié en train de prendre de l'air dont ils auront grandement besoin bientôt) ne se dévoile pas, plus ouvertement, alors qu'il sait qu'il n'est plus dans les petites tablettes d'Alassane Ouattara, qui vient d'exploser Henri Konan Bédié, lequel misait sur une candidature du PDCI pour 2020, validée par le RHDP. Contre toute attente, Alassane Ouattara lui a répondu : « Toute personne aura la possibilité de se présenter » à l'élection présidentielle de 2020. Conséquence, la compétition dans la majorité présidentielle risque d'être âpre, au regard des appétits des uns et des autres.

Ajouter un commentaire

5 + 2 =
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Les plus populaires