FRANCE-AFRIQUE : Emmanuel Macron et le problème « civilisationnel » des Africaines ayant de 7 à 9 enfants

Les Africains vont peut-être apprendre, très vite, à connaître le président français, Emmanuel Macron. L'homme qui, parfois, peut dire quelque chose, avant de réfléchir après. Cela arrive même aux meilleurs. Il y a quelques semaines, il a eu un écart de langage inacceptable sur les « kwassa-kwassa » qui sont un véritable drame humain presque quotidien pour les Comoriens, depuis que l'ancienne puissance coloniale (la France) a instauré le fameux visa Balladur qui impose ce sésame à des Comoriens séparés par l'appartenance de l'Ile de Mayotte à la République française. De la colonisation pure et simple. Le président des Comores, Azali Assoumani, comme ses prédécesseurs, revendique, depuis son arrivée au pouvoir, le retour de Mayotte dans le giron comorien. A sa demande, le président français a demandé pardon, clôturant l'incident survenu à la suite de ses propos polémiques (lire l'interview exclusive du président Azali Assoumani dans le numéro 453-454 d'Afrique Education actuellement chez les marchands de journaux).

Mais, au moment où les Africains retrouvaient leur sérénité sur cette question des "kwassa-kwassa", le président français (sur notre photo avec les pays africains du G 5 à Bamako le 2 juillet dernier), a relancé une autre polémique, en expliquant, en plein Sommet du G 20, en Allemagne, que le sous-développement de l'Afrique était « civilisationnel », et que les milliards d'euros déversés (dans le cadre du Plan Marshall proposé par la chancelière Angela Merkell) ne changeront rien à cette condition, tant que les femmes africaines continueront d'avoir entre 7 et 9 enfants.

Le moins qu'on puisse dire, c'est que le président français s'est, lourdement, fourvoyé. En effet, le taux de fécondité en Afrique ne s'élevait qu'à 4,7 enfants, par femme, en 2016. En 1950, pendant la colonisation française, ce taux était de 6,5 enfants par femme. C'est, uniquement, au Niger où une femme compte, en moyenne, 7 enfants que l'affirmation du président français peut être validée. Et encore ! Le Niger est, fortement, sous-peuplé parce qu'il compte moins de 13 habitants au km², avec 17 millions d'habitants pour 1.263.000 km².

L'aide évaluée par les Nations-Unies se basant sur le niveau de la population, elle avait été arrêtée à 0,7% du Produit national brut (PNB) parce que les Nations-Unies estimaient, peut-être, avec raison que les pays colonisateurs devaient payer pour le tort causé par la spoliation des richesses des pays colonisés et le transfert en Occident de leurs valeureux fils de force pendant plus de 400 ans d'esclavage. Malheureusement, la France (tout comme la Grande Bretagne) n'a jamais dépassé 0,4% de son PNB, ce niveau étant par ailleurs atteint grâce à un mode de calcul favorable. Et que dire de cette aide, sinon qu'elle est, fortement, liée, c'est-à-dire, qu'elle bénéficie, essentiellement, aux entreprises françaises dont la spécialité est la surfacturation des marchés publics.

La population étant un facteur de richesse, la dénatalité en Europe est vécue comme un drame, comparativement, à la forte natalité dans les pays émergents comme la Chine, l'Inde, la Turquie et le Nigeria. C'est, donc, avec grand espoir que l'Afrique comptera 2,5 milliards d'habitants en 2050, soit, le double de la population chinoise, à la même période, et presque le quadruple de celle de l'Europe, qui sera de l'ordre de 730 millions d'habitants. Avec la progression continue du niveau de vie de ses habitants, l'Afrique va constituer, bientôt, le plus grand marché du monde. C'est d'ailleurs à ce titre que les Occidentaux la considèrent dans la mesure où toute l'économie est à bâtir, comme le continent qui va tirer la croissance mondiale vers le haut pendant ce troisième millénaire.

Il faudrait, donc, que la France et les autres nations occidentales, favorisent la paix sur le continent noir car avec la multiplication des conflits dont beaucoup sont (tout simplement) suggérés, sinon, encouragés, à des fins inavouées, l'Afrique ne peut être qu'un fardeau au lieu de devenir la solution aux problèmes du monde.

Ajouter un commentaire

4 + 7 =
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Les plus populaires