GEOSTRATEGIE : La présence militaire chinoise sur le continent africain inquiète Washington au plus haut point

Les soldats chinois sur la base chinoise, à Djibouti, sur la corne de l'Afrique, sa première base à l'étranger, constituent une étape historique dans le renforcement de sa présence armée à l'international. Cette présence militaire confirme ses ambitions à l'international, et tendent à asseoir sa stratégie économique, politique et géostratégique, comme puissance mondiale, membre permanent du Conseil de sécurité.

Des membres de la marine chinoise ont quitté, mardi, 11 juillet, Zhanjiang, dans la province du Guangdong (Sud) en direction de Djibouti, selon un communiqué publié sur le site internet du ministère de la Défense.
La marine chinoise est présente, depuis fin 2008, au large de la Somalie et dans le Golfe d'Aden, dans le cadre des efforts internationaux pour combattre la piraterie dans cette région. Mais, cette "base logistique" est la première du genre pour Pékin.

Elle servira à soutenir "les escortes navales en Afrique et au Moyen-Orient, les opérations de maintien de la paix (de l'ONU) et l'aide humanitaire", a indiqué le ministère.
La base servira, également, à Pékin pour le soutien des opérations anti-piraterie et l'évacuation de ses ressortissants en cas de crise.

La Chine avait annoncé, début 2016, le lancement de la construction de cette installation à Djibouti. Le pays africain compte, déjà, des bases militaires de la France, des Etats-Unis et du Japon.
Djibouti, 800.000 habitants, est, stratégiquement, situé sur le détroit de Bab-el-Mandeb, un des corridors maritimes les plus fréquentés au monde.

"La Chine (veut) mieux remplir ses obligations internationales (et) est attachée à un développement pacifique. La politique chinoise de Défense est de nature défensive. Cela ne change pas", souligne Geng Shuang, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Le Pentagone en est-il convaincu ? On ne le pense pas. En effet, le ministère américain de la Défense avait estimé, en juin, dans un rapport, que cette base chinoise "reflète et amplifie l'influence croissante de la Chine, qui augmente la portée de ses forces armées". Traduction non diplomatique : le dragon rouge commence à montrer ses crocs, ce qui ne fait pas plaisir aux éternels maîtres du monde. Pékin avait rejeté ces accusations et assuré que "la Chine ne recherche pas l'expansion militaire".

A titre de comparaison, les Etats-Unis comptent "plus de 600 bases militaires à l'étranger" et la France "une dizaine", selon Juliette Genevaz, chercheuse à l'Institut de recherche stratégique de l'Ecole militaire française. Mais, malgré un tel rapport de 600 contre un, les Etats-Unis trouvent matière à trembler comme les feuilles d'un arbre secoué par l'harmattan. Autant dire que la montée en force de la Chine (dont les dollars soutiennent l'économie américaine) est un motif d'inquiétude au plus haut point pour la nouvelle administration Trump.

Ajouter un commentaire

11 + 4 =
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Les plus populaires