GUERRE CONTRE BOKO HARAM : L'armée camerounaise continue de faire (très bien) le job

Faut-il, donc, conclure que le (civil) Paul Biya est plus chef de guerre que les généraux, Idriss Déby Itno du Tchad, et Muhammadu Buhari du Nigeria ? Si, dans les prochains jours, l'offensive contre Boko Haram ne vient pas des quatre autres pays, afin que cette nébuleuse sente l'étau se resserrer contre lui, on sera en droit de se poser cette question. Pour l'heure, on dirait que l'armée camerounaise est seule sur le terrain.

Elle a, en effet, mené une importante offensive, en territoire nigérian, contre un poste de commandement du groupe islamiste Boko Haram, lui infligeant de lourdes pertes et saisissant beaucoup d'armes et de matériel, a affirmé le porte-parole du gouvernement camerounais et ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary.

Les opérations de l'armée camerounaise se sont déroulées, du 11 février au 14 février, à Ngoshe, située, au Nigeria, à une quinzaine de km d'Ashigashia (ville frontalière camerounaise de l'Extrême-Nord du pays)", a précisé le ministre de la Communication.

"162 terroristes de Boko Haram ont été neutralisés (tués)", a-t-il affirmé.

Mais cette opération s'est avérée cruelle pour l'armée camerounaise qui a perdu deux jeunes officiers : le capitaine Pipwoh Yari Emmanuel (31 ans) et le lieutenant-colonel Kwene Ekwene Beltus Honoré (39 ans).

Le premier est mort le 11 février, alors que le second a succombé à ses blessures après que son véhicule a sauté sur une mine le 14 février. Vite transporté par hélicoptère à Maroua, il est mort à bord de l'avion qui le conduisait, vers une prise en charge complète, dans un hôpital de Douala. La mort de ces deux officiers montre le degré d'engagement de Paul Biya de vite en finir, avec cette interminable guerre, qui saigne les finances camerounaises. Mais il reste que Boko Haram ne fait pas l'objet de la même pression auprès des quatre autres armées, sinon, ses capacités seraient, déjà, nulles. Actuellement, l'armée camerounaise n'hésite plus à aller chercher Boko Haram en territoire nigérian, ce qui explique cet impressionnant bilan, mais, aussi, le décès des deux chefs militaires camerounais. Comme tout bons meneurs d'hommes, ils étaient à la tête des opérations pour montrer l'exemple à suivre à leurs troupes.

Une centaine de prisonniers de Boko Haram ont, par ailleurs, été libérés, parmi lesquels, 15 otages camerounais dont sept membres d’une même famille.

"La ville de Ngoshe a été identifiée, formellement, comme l'un des postes de commandement de Boko Haram abritant des usines de fabrication de bombes et de mines", a expliqué le porte-parole.
Selon lui, "ce poste de commandement (désormais détruit) servait également d'officine de lavage de cerveau et de formatage des adolescents utilisés comme des bombes humaines à l'occasion des attentats kamikazes."

L'armée camerounaise revendique d'importantes saisies d'armes et de matériel.
Quatre fabriques de mines artisanales ont été démantelées, et "5 mines déjà prêtes à l’emploi" ont été récupérées.
Selon M. Tchiroma, "des centaines de contenants d’explosifs, des batteries, des cordons détonants, des vestes de kamikazes et divers objets rentrant dans le processus de déclenchement des explosifs" ont, également, été saisis.

De même, a-t-il assuré, "un centre d’entraînement de Boko Haram précédemment identifié a été rasé, deux véhicules de combat mis à feu, des armements de guerre saisis".

Parmi ces armes figurent deux mitrailleuses lourdes de 12,7 mm, trois mitrailleuses de 7,62 mm, un lance-roquettes RPG7, douze fusils d’assaut AK47, deux pistolets, plusieurs grenades, des dizaines d’armes de traite (armes légères), une centaine de fusils factices d’entraînement, des armes blanches, des uniformes militaires, plusieurs dizaines de boîtes de chargeurs et des milliers de munitions de différents calibres.

Cette offensive s'est déroulée dans le cadre de l'opération "Arrow Five" de la force multinationale regroupant le Nigeria, le Cameroun, le Tchad, le Niger et le Bénin. Elle a reçu "l'aval du commandement nigérian", qui a apporté sa "collaboration", a précisé le ministre.

Commentaires

kimpéné Ya Congo (non vérifié)
Nous ne Pouvons que vous félicitez pour Votre Bravoure et surtout que c'Est une Obligation de Sauvegarder les Populations qui Subissent les Sarcasmes de Boko Haram qui n'est là qu'à Reculer Notre Pauvre Continent noir Africain qui n'Arrive pas à Décoller comme il se Doit, si non il n' y aurait pas de Telles Organisations Sectaires Sévir sauvagement dans Notre AFRIQUE NOIRE qui a tant de Retard pour s'Arrimer aux Grands Pays et surtout que Nous ne Sommes toujours en Retard par Rapport à l'Occident ! Il va falloir que Vous détruisez la Tête de Cette Organisation Satanique qu'est Boko Haram afin que les Populations puissent reprendre une Vie Normale. Nous Prions avec toutes Forces et Prières pour que Vous Soyez toujours Vainqueurs face à ces Voyous. COURAGE ! PRÉCISIONS ! CONCENTRATIONS !

Ajouter un commentaire

Les plus populaires