LUTTE CONTRE BOKO HARAM : Muhammadu Buhari sera reçu par Donald Trump le 30 avril

Aide toi et le ciel t'aidera. Elu président du Nigeria, spécialement, pour vaincre la secte terroriste, Boko Haram, Muhammadu Buhari, qui a échoué dans cette mission, s'est-il donné les moyens pour réussir ? Alors que son pays compte l'armée la plus nombreuse du continent, celle-ci est, paradoxalement, la moins efficace sur le terrain dans la guerre qui est menée contre Boko Haram. Les armées des trois autres pays engagées dans la même guerre, à savoir, le Tchad, le Niger et le Cameroun, sont, nettement, plus performantes que celle du Nigeria. Et tant que ce problème fondamental ne sera pas résolu et que Boko Haram continuera à faire des militaires du Nigeria ce que bon lui semble, la sous-région du Lac Tchad ne viendra, jamais, à bout du problème de Boko Haram. Avant l'arrivée de Buhari au pouvoir, les observateurs mettaient cette contre-performance de l'armée sur le fait que le président, Goodluck Jonathan, étant un civil, n'était pas obéi et respecté par les militaires. Mais voilà qu'avec un militaire à la tête du pays, le problème reste entier.

Le 30 avril, Muhammadu Bahari sera reçu, à la Maison Blanche, par Donald Trump, pour parler, entre autres, de la lutte contre Boko Haram. Sans parler des raisons de cette visite sur le fond, on note, simplement, qu'il y a trois ans, les Etats-Unis, au plus fort des succès de Boko Haram, au Nigeria, étaient accusés d'oeuvrer à la division du Nigeria en deux Etats séparés. Si le bruit fait autour de ce projet a fait qu'on n'en parle plus, beaucoup, les Etats-Unis l'ont-ils, définitivement, rangé dans le tiroir ? On en doute !

"Le président Trump a hâte de discuter des moyens d'accroître notre partenariat stratégique et de faire avancer nos priorités partagées : promouvoir la croissance économique et les réformes, lutter contre le terrorisme et d'autres menaces (pesant sur) la paix et la sécurité et s'appuyer sur le rôle du Nigeria en tant que leader démocratique dans la région", souligne la présidence américaine dans un communiqué (notre photo montre Muhammadu Buhari en train de saluer Donald Trump en septembre 2017 quand ce dernier recevait quelques leaders africains démocratiquement élus).

"Les relations entre les Etats-Unis et le Nigeria sont profondes et fortes et la croissance économique du Nigeria, sa sécurité, son leadership en Afrique profiteront à notre prospérité mutuelle", écrit, encore, la Maison Blanche.

Le Nigeria, la plus grande puissance économique d'Afrique de l'Ouest, fait partie des pays combattant l'islamisme avec l'aide (supposée) des Etats-Unis. Une aide, généralement, inefficace dans la mesure où on ne la sent pas sur le terrain. Un exemple qui le montre : Les Etats-Unis, malgré leur coopération, n'ont pas aidé le Nigeria, depuis quatre ans, à retrouver les 112 lycéennes de Chibok qui continuent de manquer à l'appel, après leur spectaculaire enlèvement opéré le 14 avril 2014.

Ajouter un commentaire

Les plus populaires