MACRON EN ALGERIE : Douze petites heures à Alger puis s'en va au Qatar

Visite d'Etat comme préalablement annoncé ? Non ! Simple visite d'amitié et de travail ...de douze heures. Il est vrai qu'une visite d'Etat ne s'effectue pas en une petite demie journée. L'Algérie ne vaut-elle plus qu'une petite demie-journée de visite du président français ? Les Algériens, il faut le dire, ne sont pas contents de leur hôte. Non seulement, ce dernier avait choisi le rival marocain pour sa première visite dans le Maghreb au lieu de leur pays. Plus grave, il ne va mettre que douze heures en Algérie contre les quarante huit heures passées chez le roi Mohammed VI. La préférence du jeune président saute aux yeux. A Rabat, il est beaucoup plus à l'aise qu'à Alger. Plusieurs sujets militent pour cela : entre autres, la lancinante question du passé colonial en Algérie que le président français voudrait banaliser, au nom de sa jeunesse, alors qu'il avait donné espoir aux Algériens et aux Négro-Africains en déclarant, pendant sa campagne, lors d'un voyage, à Alger, que la colonisation était un « crime contre l'humanité ». Aujourd'hui, chef de l'Etat, il effectue un rétropédalage sur cette question de colonisation que n'acceptent pas les Algériens. Ni les Africains. Résultat, ce n'est donc pas Emmanuel Macron qui réconciliera l'Algérie avec la France, et encore moins, la France avec l'Afrique.

Le président français, Emmanuel Macron, a débuté, mercredi, 6 décembre, sa première visite en tant que président français en Algérie, où il dit se rendre "en ami" (notre photo). La précision est de taille parce qu'il refuse (depuis qu'il est président) d'assumer le lourd passé colonial de la France, en Algérie, et en Afrique noire francophone.

Emmanuel Macron a été accueilli par le président de la chambre haute et deuxième personnage de l'Etat, Abdelkader Bensalah, le premier ministre, Ahmed Ouyahia, et le chef de la diplomatie, Abdelkader Messahel.

"Je reviens dans l’état d’esprit d’un ami de l’Algérie, d’un partenaire constructif qui souhaite renforcer nos liens (...) pour faire fructifier une relation déjà dense", a expliqué Emmanuel Macron dans une interview conjointe aux quotidiens francophone, El Watan, et arabophone, El Khabar, publiée mercredi.

Le rapport entre la France et l'Algérie doit être "un partenariat d'égal à égal", a poursuivi le président français alors que la "question de la mémoire" des 130 ans de colonisation (1830-1962) et de la Guerre d'Algérie pèse toujours sur les relations.

"Nos deux pays partagent une histoire forte", a rappelé M. Macron, premier président de la Ve République né après la Guerre d'Algérie (1954-1962) et qui avait qualifié la colonisation de "crime contre l'humanité" lors d'une visite à Alger durant la campagne présidentielle française.

"Je connais l’Histoire, mais je ne suis pas otage du passé. Nous avons une mémoire partagée. Il faut en tenir compte. Mais je souhaite désormais, dans le respect de notre histoire, que nous nous tournions ensemble vers l’avenir", a-t-il poursuivi, assurant poser "le regard d'un homme de (sa) génération", qui n'a pas connu la période coloniale. C'est ce bout de phrase, déjà, prononcée au Burkina Faso, devant un millier d'étudiants de l'Université de Ouaga 1 Professeur Joseph Ki-Zerbo, qui jette le froid entre Paris et Alger et fait que le jeune président français, désormais, enfermé dans une posture idéologique sous la domination des historiens colonialistes français, ne peut même pas passer une (petite) nuit à Alger. Il ne s'y sent, vraiment, pas à l'aise. Comment établir de bonnes relations entre les deux pays dans de telles conditions ? Le jeune président n'avait, sans doute, pas bien mesuré le poids du passé de la France en Afrique, lui qui avait cru axer son programme, essentiellement, sur des questions d'ordre économique. Mais, tant que le passé colonial entre la France et l'Algérie (Afrique) ne sera pas mis sur le table et bien assaini dans un sens gagnant-gagnant, en tenant compte des réparations qui devront aller avec, la bonne entente entre les deux parties sera conflictuelle.

Ajouter un commentaire

14 + 6 =
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Les plus populaires