Vous êtes ici

NIGERIA : Quand 21 anciennes lycéennes de Chibok libérées racontent leur calvaire

Lors d'une cérémonie religieuse tenue en leur honneur, Gloria Dame, l'une d'elles, a expliqué qu'elles avaient vécu, pendant un mois et dix jours, sans nourriture, avant d'être libérées, et qu'une bombe de l'armée nigériane les avait presque atteintes.

"Nous remercions Dieu de nous avoir réunis aujourd'hui. J'étais dans la forêt quand un avion a lancé une bombe juste à côté de moi, mais je n'ai pas été blessée", a-t-elle raconté, visiblement, très émue et très affaiblie par la faim.
"Nous n'avions pas de nourriture pendant un mois et dix jours, mais nous ne sommes pas morte, Dieu merci".

La jeune femme a raconté leur histoire en langue haoussa, lors d'une cérémonie religieuse chrétienne, organisée par les services de sécurité nigérians (DSS), qui sont à l'origine de leur libération, après des négociations avec les islamistes de Boko Haram.
Converties à l'islam après leur capture, comme l'avait affirmé sur une vidéo le leader du groupe, Abubakar Shekau, les lycéennes de Chibok, en majorité chrétiennes, n'ont pas "pu prier comme elles peuvent le faire aujourd'hui", a raconté Gloria Dame.

La cérémonie a été interrompue, soudainement, lorsque les parents des jeunes filles, capturées, en avril 2014, sont arrivés en pleurs, les prenant dans les bras (notre photo).

"Nous pouvons tous voir l'émotion et la joie des parents", a déclaré le ministre de l'Information, Lai Mohamed, dans son discours de clôture.
Il a ajouté que "les négociations (avec Boko Haram) ne sont pas finies tant que toutes les filles n'ont pas été libérées".
"Les négociations sont toujours en cours à l'heure où l'on parle. Bientôt d'autres, bien plus, seront libérées", a assuré le ministre.

Garba Shehu, le porte-parole de la présidence, a révélé que "le groupe affirme que 83 autres jeunes filles seraient libérables sous négociation", soulignant qu'elles ne sont pas aux mains de la faction d'Abubakar Shekau, mais, de son rival, Mamman Nur.
"La faction de Mamman Nur a indiqué sa volonté de libérer des lycéennes", a indiqué le porte-parole.

Cette libération arrive alors que Boko Haram est, extrêmement, divisé. En août, le groupe Etat islamique, à qui Boko Haram a prêté allégeance, avait désigné un nouveau chef de l'organisation pour l'Afrique de l'Ouest en la personne d'Abou Mosab Al Barnaoui, proche de Mamman Nur.

Au lendemain de cette annonce, Abubakar Shekau avait posté une vidéo sur Youtube affirmant qu'il détenait les jeunes filles, mais, n'en avait montré que quelques unes en images, affirmant que les autres avaient été tuées par des raids aériens de l'armée.

Le cas des plus de 200 lycéennes de Chibok, enlevées, en avril 2014, était un des points forts de campagne du candidat, Muhammadu Buhari, élu, en mai 2015, et elles sont devenues le symbole de l'insurrection qui ravage le Nord-Est du Nigeria.

Les 21 lycéennes ont été échangées contre quatre combattants de Boko Haram dans la ville de Banki, à la frontière du Cameroun, selon des sources locales, mais, le ministre de l'Information a été catégorique : "Ce n'était pas un échange".

L'insurrection de Boko Haram a fait plus de 20.000 morts, 2,6 millions de déplacés depuis 2009, et des milliers de personnes sont, toujours, entre les mains du groupe.
Le Nord-Est du Nigeria reste, relativement, inaccessible à cause du conflit et connaît une crise alimentaire sans précédent. 60.000 enfants pourraient mourir de faim d'ici la fin de l'année, selon l'ONU.

Avec AFP

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.