PRESIDENTIELLE ZIMBABWEENNE : Vers un duel entre le pasteur Evan Mawarire et Camarade Bob

"Si le besoin se fait sentir ou s'il s'avère nécessaire pour moi de participer aux élections, je veux vraiment me rendre disponible pour cela", a lancé le pasteur Mawarire aux journalistes à la sortie du tribunal d'Harare où il était entendu par la justice.

"Je n'ai pas encore pris ma décision mais je ne veux certainement pas fermer cette porte", a-t-il ajouté.
Evan Mawarire (notre photo) comparaissait, vendredi, 17 février, devant la justice zimbabwéenne, accusé de tentative de sabotage du gouvernement et d'incitation à la violence.

L'audience a été repoussée au 16 mars pour permettre à la police de poursuivre son enquête.

Il avait été arrêté, le 1er février, à l'aéroport d'Harare, de retour de six mois d'exil en Afrique du Sud et aux Etats-Unis, avant d'être libéré sous caution une semaine plus tard.
Début 2016, ce pasteur, jusque-là, inconnu du grand public avait lancé une campagne de protestation sur les réseaux sociaux baptisée #ThisFlag (#CeDrapeau) contre le président Mugabe.

Dans une vidéo devenue, rapidement, virale sur Internet, il était apparu avec le drapeau zimbabwéen en écharpe pour dénoncer la corruption du régime et les conditions de vie difficiles de la population.
Le Zimbabwe avait, ensuite, été secoué, pendant plusieurs mois, par une large vague de grèves et de manifestations. Brutalement réprimé, ce mouvement s'est depuis éteint. Comme tous les mouvements précédents.

Malgré la crise économique profonde que traverse le Zimbabwe et le mécontentement d'une partie de la population, Robert Mugabe, qui fêtera ses 93 ans, mardi prochain, est, déjà, en course pour un nouveau mandat en 2018. Elections qu'il est sûr de remporter sans vraiment mouiller la chemine.

Ajouter un commentaire

10 + 8 =
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Les plus populaires