Côte d'Ivoire

C'est le dernier combat du président Henri Konan Bédié. Le combat de sa vie. Après avoir perdu le pouvoir, en décembre 1999, de la façon dont tout le monde sait, il organise, avec intelligence et méthode, le retour du PDCI (Parti démocratique de Côte d'Ivoire) au pouvoir, après avoir rempli toutes ses obligations à l'endroit du parti allié, le RDR (Rassemblement des républicains) de son jeune frère, le président, Alassane Ouattara. A deux reprises, il a assuré sa victoire à la tête de l'Etat. Qui dit mieux ? Cette fois, c'est le PDCI qui devrait bénéficier du retour de l'ascenseur. Toutefois, il faut dire que les relations avec certains caciques du RDR ne sont pas simples. C'est, donc, au président de la République de raisonner ses partisans au sein du RDR pour que le RHDP conserve le pouvoir.

Le camp d'une unité d'élite de la police et de la gendarmerie à Bouaké (Nord), épicentre des mutineries de soldats ivoiriens en 2017, a été attaqué et vandalisé par des soldats ivoiriens mécontents du pouvoir, à cause de l'insatisfaction de leurs doléances.

A un peu plus de deux ans de son départ définitif du pouvoir, le président de Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara, reste confronté à une sérieuse défiance de son autorité par l'armée. On l'a vu cette première semaine de janvier, les militaires de la caserne de Bouaké attaquant une unité du CCDO (Unité mixte chargée de la sécurité) pour dénoncer à, leurs manières, les propos du chef de l'Etat à l'occasion de ses vœux de fin d'année, mais aussi, et surtout, ceux du ministre de la Défense, Hamed Bakayoko, et du chef d'état major des armées, le général, Touré Sékou, qui semblaient affirmer urbi et orbi que sur le plan de l'ordre et de la discipline au sein de la « Grande Muette » ivoirienne, 2017 avec sa série de mutineries et de sorties intempestives des forces de défense et de sécurité, ne ressemblerait pour rien au monde à 2018.
Bakayoko et Touré ont dû, rapidement, regretter cette sortie, leurs propos ayant, littéralement, jeté de l'huile sur le feu qui couvait sous la cendre. Maintenant, c'est clair que l'armée ivoirienne, est un sac de nœuds (difficiles à défaire) où le courant ne passe, nullement pas, entre Pro-Ouattara et Pro-Gbagbo, où les Pro-Sorro sont en guerre contre tous ceux qui veulent détruire la carrière politique de l'actuel président de l'Assemblée nationale, et qui se recrutent, essentiellement, dans les entourages politiques du premier ministre, Amadou Gon Coulibaly, et de Hamed Bakayoko. Dur dur, donc, pour Ouattara qui a annoncé, le 31 décembre 2017, l'avènement d'une « armée républicaine » avant de quitter le pouvoir en octobre 2020. On en est très très loin.

La réconciliation version Alassane Ouattara a du plomb dans l'aile. Aujourd'hui comme hier, ce sont les (seuls) partisans de Laurent Gbagbo qui trinquent. Jamais personne du camp politique d'Alassane Ouattara n'a été jugé, confirmant la justice des vainqueurs dont le pouvoir est accusé. Peut-être que sa stratégie consiste-t-elle à condamner, lourdement, dans un premier temps, les pro-Gbagbo (actuellement sans réelle défense) avant de leur offrir une grâce présidentielle. Le pouvoir se servirait, alors, de cet élargissement pour montrer les bonnes dispositions du chef de l'Etat à réconcilier les Ivoiriens. Il s'agirait d'une tromperie suprême ! Les Ivoiriens ne sont pas dupes. Ils ont vu à l'oeuvre la justice à sens unique de Ouattara qui a envoyé à la CPI (Cour pénale internationale) les prévenus d'un seul camp politique, et qui, en Côte d'Ivoire, a emprisonné les personnes du même côté, et jamais parmi les partisans qui faisaient la guerre, dans la rébellion, aux côtés du chef de l'Etat.

Un millier de militaires ivoiriens ont profité du plan de départ volontaire de l'armée en pleine restructuration pour diminuer ses effectifs pléthoriques. La question est de savoir si ces départs volontaires ne vont pas donner lieu à une augmentation de braquages ?

On ne tardera pas à savoir quelle capitale occidentale a mandaté Alassane Ouattara pour faire savoir au président zimbabwéen, Robert Mugabe, qu'il était temps pour lui de quitter le pouvoir. Au nom de qui parle-t-il alors que l'Union africaine et la SADC appellent au respect de l'ordre constitutionnel ? La constitution du Zimbabwe pour le président ivoirien ne serait qu'un chiffon de papier ? Il est, vraiment, étonnant et curieux qu'Alassane Ouattara, qui est l'un des rares présidents (avec son homologue sénégalais Macky Sall) à être accusé de (grand) pion de l'Occident en Afrique et qui soutient, mordicus, le maintien du F CFA avec toutes ses fonctionnalités (coloniales), malgré le refus des élites africaines, veuille donner son avis (sans que personne ne la lui ait demandé) alors que les pays de la SADC au premier rang dans cette crise, observent une prudence à toute preuve, au regard de la grande complexité de la situation. Ouattara, une fois de plus, donne du grain à moudre aux Africains qui pensent qu'il est le prototype de chefs d'Etat dont les Africains n'ont plus besoin.

Le président de Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara, gère sa majorité présidentielle selon les critères qui lui sont propres. Quand il semble être en position de force avec son parti, le RDR, il laisse tomber l'idée du parti unifié. Quand il se trouve en grande difficulté, comme actuellement, notamment, au sein du RDR où rien ne va plus avec son principal allié, celui-là même qui lui avait permis d'accéder au pouvoir, Guillaume Soro, il revient voir son « aîné », Henri Konan Bédié, pour relancer le processus de constitution du parti unique. Les deux grands responsables du RHDP se sont rencontrés, mardi, 31 octobre, au soir, pour acter, à nouveau, le lancement du processus visant à la constitution du parti unique dont personne ne connaît, encore, le nom qu'il portera. Afriqueeducation.com annonce, d'ores et déjà, à « l'aîné » d'Alassane Ouattara qu'il risque, une nouvelle fois, de se faire manipuler.

Voulue par le Concile Vatican II (1962-1965), la renonciation des évêques catholiques à leur charge pastorale à 75 ans a été établie par le pape Paul VI en 1966 (cf. son motu proprio “Ecclesiae Sanctae”). Lorsque Mgr Marie-Daniel Dadiet annonce, le jeudi 12 octobre 2017, qu’il quitte ses fonctions d’archevêque de Korhogo, alors qu’il n’a que 65 ans, il n’est donc pas étonnant que la nouvelle fasse l’effet d’une bombe à Korhogo et au-delà. Pourquoi a-t-il décidé de quitter sa charge si tôt ?

Afriqueeducation.com n'était pas encore né. Ce média en ligne n'a que deux ans. Ni sa version papier qui a 25 ans d'âge. Mais les journalistes de ce groupe peuvent confirmer que le 15 octobre 1987, fut un jour de deuil pour eux tous, quand ils entendirent les radios internationales annoncer l'assassinat crapuleux du président, Thomas Sankara. La journée fut gâchée pour eux tous, comme si Thomas était un membre de leur famille. Ce président était proche d'eux, par ses idées, ses comportements, son amour pour une Afrique prospère, sans guerre, débarrassée de ses puissances néocoloniales qui l'empêchent d'avancer, d'évoluer. Veuve Mariam Sankara, une femme digne dans la douleur et l'adversité, a montré l'exemple aux Burkinabé et aux Africains comment on doit se tenir, se comporter, dans une telle déchirure. Tôt ou tard, l'Afrique devra célébrer son mari, Thomas, à travers elle, car ce couple fait partie des icônes, avec des grands Africains comme Nelson Mandela, et quelques autres, qui donnent de la fierté à notre beau continent, malgré le ciel qui nous tombe sur la tête.

Un crash d'avion au large d'Abidjan a fait quatre morts et six blessés, ce samedi, 14 octobre, matin. "L'appareil a raté son atterrissage et s'est écrasé dans l'eau", a précisé une autorité locale.

Le chef du protocole du président de l'Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Soro, écroué en début de semaine dans une affaire sensible de découverte d'une cache d'armes pendant une mutinerie de soldats, accuse, ce mercredi, 11 octobre, dans une lettre ouverte le président, Alassane Ouattara, de viser "son patron" (Soro) à travers lui.

Qui a tué par l'épée périra par l'épée, disent les saintes écritures. Après avoir, outrageusement, contribué à la déstabilisation de la Côte d'Ivoire, pour le compte d'Alassane Ouattara, Guillaume Soro ne sait plus, aujourd'hui, à quel saint se vouer. Maintenant qu'il est pris dans la nasse, il chercherait, activement, des moyens pour se sortir de cet étau. Mais n'est-il pas (un peu) tard ?

Que de menteurs, que de manipulateurs, que de caméléons en Côte d'Ivoire où de grands hommes ont, pourtant, souvent, montré la voie à suivre, sans faillir. Il en est, par exemple, de l'ancien cardinal, Bernard Yago, qui, sa Bible dans la main, tint, à plusieurs reprises, un discours de vérité au Tout Puissant Houphouët-Boigny. Aujourd'hui, c'est un comportement contraire qu'on voit un peu partout. Mais, peut-on être fier et heureux tout en bafouant les commandements du Très Haut ? A chacun d'interroger sa conscience profonde.

Ce n'est pas pour aller vite en besogne ou pour justifier l'injustifiable. Mais, très souvent, en Afrique, juste parce qu'elle n'aime pas un régime, l'opposition accepte, parfois, de jouer le jeu de la déstabilisation extérieure pour arriver à ses fins, ignorant qu'elle ne peut jamais s'inscrire sur le même agenda politique que les déstabilisateurs extérieurs, qui ont d'autres motivations quand ils ciblent leur pays. Après le Printemps arabe, la leçon ne semble pas avoir été retenue par une certaine opposition togolaise, encore prête à s'accrocher à la queue du serpent pourvu qu'elle atteigne son objectif.

La nomination d'Hamed Bakayoko, le plus beau parleur du gouvernement, comme ministre de la Défense, n'a, visiblement, servi à rien. Pour le moment. Les anciens rebelles n'en démordent pas. Ils demandent, toujours, à recevoir ce qui leur avait été promis, dans le maquis, quand Alassane Ouattara cherchait à conquérir le pouvoir par les armes. Ce dernier a payé certains anciens rebelles, mais pas tous. C'est la raison pour laquelle, à Man et à Bouaké, des démobilisés sont sortis, ce lundi, 2 octobre, pour rappeler au chef de l'Etat qu'il n'a pas, encore, tenu sa promesse. Dans trois ans, il compte quitter le pouvoir. Ils veulent qu'il solde ses dettes avant de partir.

L'armée ivoirienne a découvert une importante cache d'armes à Abidjan, selon une source de l'état-major, alors que la Côte d'Ivoire est secouée par une crise sécuritaire depuis plusieurs mois. Alors qu'il a, déjà, passé sept ans à la tête de l'Etat, le président, Alassane Ouattara, n'a, toujours, pas pu résoudre le problème de l'armée ivoirienne qui reste entier. Celle-ci est la principale menace pour la stabilité du pays. A trois ans de la fin de son deuxième et dernier mandat, peut-il, encore, résoudre ce lancinant problème que risque d'hériter son successeur ?

Le 28 août 2017, le procès du président Laurent Gbagbo et du Ministre Charles Blé Goudé a repris à la Cour pénale internationale (CPI). Mais auparavant deux événements importants sont intervenus dans le déroulement de la procédure visant la liberté provisoire du président Laurent Gbagbo. Ils pourraient, à terme, modifier les données de cette affaire au niveau de l’instance criminelle.

Professeur de littérature africaine à l'Université de Temple en Pennsylvanie (Etats-Unis), notre ami, Jean-Claude Djereke, n'y va pas de main morte contre le régime d'Alassane Ouattara dont il demande la chute sans porter les gants. Alassane Ouattara un chef d'Etat qui oeuvrerait contre les intérêts des Ivoiriens et qui recevrait ses ordres de Paris.

Le président ivoirien, Alassane Ouattara, a créé la surprise en déclinant la proposition des cadres et militants de reprendre la tête de son parti, le Rassemblement des Républicains (RDR). Tout avait été mis en place pour qu'il (re)prenne la présidence du RDR dont il aura besoin, avant et après son départ du pouvoir en 2020. Mais, la situation politique (explosive) à venir ne lui permettra pas d'agir avec efficacité à la tête de l'Etat et comme patron du parti, d'autant plus que ses choix en matière de succession, créent, déjà, des rébellions au sein du parti. Ancienne secrétaire générale du RDR, Henri Dagri Diabaté va jouer le rôle de parapluie.

Alassane Ouattara, futur président réélu du RDR, dimanche, 10 septembre, à l'issue de son 3e Congrès ordinaire ? C'est une certitude puisque c'est lui-même qui s'était démarqué de cette fonction, après son élection à la tête du pays en 2010. Maintenant, il veut reconquérir ce poste pour quoi faire ? Pour imiter Ingénieur José Eduardo dos Santos quand il ne sera plus président dans trois ans ? Peut-être ! Pour tenir le RDR lui-même au moment où son rival de toujours, Henri Konan Bédié, dirigera son PDCI-RDA ? Sans doute ! Les grandes manœuvres commencent en Côte d'Ivoire, à trois ans d'une palpitante élection présidentielle à laquelle Ouattara ne sera plus candidat.