Son ambition.

C'est quoi l'Agence universitaire de la francophonie (AUF) ? A quoi sert « ce machin » ? Quand a-t-elle été créée et pour quoi faire ? Comment fonctionne-t-elle ? Même les universitaires à qui elle est destinée, éprouvent, parfois, de la peine à répondre à ces questions. « C'est un fromage », répondent ceux qui la connaissent mais désapprouvent son inefficacité. Problème de moyens ? Certes ! Mais problème de gouvernance aussi. L'AUF vient de changer de dirigeant. Son ancien recteur, le Français, Jean-Paul de Gaudemar, s'en va, sans gloire, après y avoir passé quatre ans. Son bilan à la tête de l'institution est terne-pâle. Place maintenant à Slim Khalbous élu, à son tour, pour quatre ans, le 6 décembre, à Montréal.