Troubles à l'horizon.

Le président de la Commission électorale kényane, Wafula Chebukati, a émis, ce mercredi, 18 octobre, de forts doutes sur sa capacité à organiser une élection présidentielle crédible le 26 octobre et dénoncé les "interférences" de la classe politique. Raila Odinga, lui, a, déjà, jeté l'éponge tandis qu'Uhuru Kenyatta est, toujours, dans la course. Odinga appelle à des manifestations dont la plus grande aura lieu le jour de la présidentielle, le 26 octobre. De son côté, le président de la Commission électorale souhaite s'entretenir à trois, avec les deux candidats avant le 26 octobre, mais personne ne l'écoute. Les troubles dans le pays semblent inévitables après le 26 octobre.